Anne Roumanoff : On ne nous dit pas tout

Archive 02 mai 2009

«On ne nous dit pas tout», un recueil des chroniques d'Anne Roumanoff sur France 2, en librairie le 7 mai 2009.

Un recueil des sketches d'Anne Roumanoff dans l'émission Vivement dimanche prochain sur France 2 sera publié le 7 mai. «On ne nous dit pas tout», présenté comme «un véritable remède à la crise», rassemble les chroniques diffusées, depuis 2007, lors de l'émission de Michel Drucker ainsi que des « inédits» qui ne sont pas passés à l'antenne.

Anne Roumanoff est une des rares à avoir réussi à décliner au féminin le mot chansonnier. Depuis que ce genre existe, ces spécialistes de l'ironie mordante et de la critique acerbe à l'encontre de ceux qui nous gouvernent et des petits et grands travers de nos contemporains sont presque toujours des hommes. Or en à peine vingt ans, cette petite brunette est pavenue à imposer son style et elle fait salle comble à chacun de ses spectacles.

Née à Paris, il y a 44 ans, elle est plutôt une bonne élève et elle parvient à intégrer Sciences Po. Elle y croise entre autres Laurence Parisot, présidente du Medef, le journaliste David Pujadas et le responsable UMP Jean-François Copé. Mais la jeune fille, qui dit avoir écrit ses premiers sketches à 12 ans et a suivi la classe pour ado du cours Florent, préfère apparemment l'humour à la voie administrative, diplomatique ou dans les affaires.


Consécration télévisuelle

Sa carrière d'humoriste débute en 1987 dans l'émission de France 3 La classe. Commence aussi à naître son projet de one woman show. Mais c'est sans doute Laurent Ruquier, qui en l'appelant en 1991, à participer à son émission Rien à cirer sur France Inter, lui fait gagner en notoriété. En 2003, son spectacle «Follement Roumanoff» tient 13 mois au théâtre Bobino à Paris.

En 2007, elle accède à la consécration télévisuelle avec sa participation régulière à Vivement dimanche et sa chronique On ne nous dit pas tout. Elle élargit aussi son champ d'intervention. Après avoir beaucoup fait «sur les mecs, les régimes, le couple, le sexe», elle décide de s'essayer à la politique. «J'ai commencé à traiter de l'actualité politique à partir de la guerre d'Irak. J'ai inventé un pilier de bistrot assez alcoolisé qui commente l'actualité sans complexe», raconte-t-elle. C'est un skectche sur Nicolas Sarkozy et Carla Bruni fait décoller la chronique: 6 millions de téléchargements sur Youtube et Dailymotion. En plateau pendant les dernières minutes de l'émission, elle étrille le monde politique. Ségolène Royal s'est dit agacée d'avoir été traitée de Bécassine. C'est dans ces chroniques qu'elle lance quelques unes des expressions qui forgent sa célébrité, comme la gouvernement français «droite cassoulet qui a succédé à la gauche caviar.»


Horlogerie suisse


A ceux qui penseraient qu'un spectacle humoristique n'exige pas beaucoup de travail, Anne Roumanoff explique:« L'écriture humoristique ne souffre pas l'imprécision. un mot à la place d'un autre et les gens ne rient plus. C'est de l'horlogerie suisse.» Cela suppose aussi une observation attentive de la société et des réactions du public. «Les gens sont plus desinhibés quant au sexe. Certaines de mes blagues en seraient pas passées, il y a dix ans», note-t-elle.

Bastien Robany


Anne Roumanoff a aussi fait du cinéma et a participé à une quinzaine de films. Elle a aussi publié plusieurs livres : «Portraits de femmes et d'un homme», description de certains protypes féminins (petite fille, voyante, vendeuse incompétente, secrétaire débutante, etc.), «Le Couple, petit délice de la vie à deux» ou «Ca va être ta fête, Maman» (Editions Hors Collection).


On ne nous dit pas tout
132 p., 13 euros



Par Françoise Merteuil

Tags: