BnF : Rétrospective Michael Kenna

210 photographies en noir et blanc

La BnF Richelieu consacre une rétrospective au grand photographe anglais contemporain Michael Kenna. Plus de deux cents photographies en noir et blanc, sobres, pures, violentes. Jusqu'au 24 janvier 2010.


Full Moon Rise, Chausey Islands, France, 2007


Les 210 images de Michael Kenna présentées à la BnF, la Bibliothèque nationale de France, à l'esthétique sobre, classique et raffinée, soulignent la pureté, l'essentiel, la violence aussi, d'un monde où l'homme a disparu.

Tout est en noir et blanc, exclusivement. Le format est carré, petit (20 cm sur 20 cm) : il oblige donc à regarder de près, à entrer dans une relation intime avec l'image, à en saisir la finesse et les détails.

Seven posts in snow, Rumoi, Hokkaido, Japan, 2004


Partout ou presque, la ligne domine : droite, courbe, fracturée, horizontale, verticale, parrallèle ou pas... Peut-être pour marquer la division homme / nature qui semble hanter l'artiste. L'exposition repose en effet sur ces deux axes. Elle s'ouvre sur des visions du monde citadin, industriel, des centrales nucléaires, des mégalopoles modernes. Elle se poursuit dans les parcs de Versailles, St Cloud, Sceaux puis sur des arbres, des plages, des montagnes. L'humain s'efface de plus en plus. Quoique les œ,uvres les plus récentes de Kenna, celles qui cloturent l'exposition, fruits de ses voyages en Corée, au Japon et en Chine, tendent vers une stylisation toute asiatique. L'homme reste donc présent, mais « en creux », par son empreinte culturelle.


Peut-être aussi cette ligne omniprésente marque-t-elle une limite : celle de la civilisation. Le temps semble arrêté sur ces images, qui laissent un sentiment de fin du monde. Le vide humain est en effet criant. Les plages sont désolées, les ciels apocalyptiques, la brume omniprésente, la neige enveloppante.

Kenna montre-t-il la nature, la vacuité humaine, ce qui restera après la disparition des hommes ?...





Mary Poppins Over Midtown, New York, New York, USA, 2006


Avec Kenna, les mégalopoles modernes sont faites d'illuminations, de perspectives, de plongées et de contre-plongées. La plus belle peut-être est cette hallucinante descente féérique sur New-York.


Du 13 octobre 2009 au 24 janvier 2010
-BnF - Richelieu, Galerie de photographie
-58 rue de Richelieu - Paris IIe
-Métro : Bourse, Palais Royal, Pyramides
-Bus : 20, 21, 27, 85, 74, 39
-Du mardi au samedi 10h-19h, jeudi 10h - 22h, dimanche 12h-19h
-Fermé lundi et jours fériés
-Entrée : 7 euros, TR : 5 euros



Par Chloe Braillon

Tags: