Entendez voir, la mémoire est-elle soluble dans la télévision

Valérie Rouzeau, poétesse et traductrice, a choisi, pour cette édition du 3 novembre, de s'intéresser à un drôle de bonhomme, tombé dans l'oubli, Armand Robin.



Armand Robin (1912-1961) est Breton, poète, mutilingue et traducteur, homme de radio, rebelle et anarchiste, romancier, homme difficilement caractérisable. A son actif, entre autres, une magnifique lettre à la Gestapo, tragique, grinçante, pleine d'un humour noir à la suite d'une dénonciation. Elle commence ainsi : « Il m'est parvenu que de singuliers citoyens français m'ont dénoncé à vous comme n'étant pas du tout au nombre de vos approbateurs. » La suite sur le blog « Les avant-dernières choses ». Elle date du 5 octobre 1943. France-Culture a consacré de nombreuses émissions à cet écouteur de radios du monde entier, par métier et par passion. Valérie Rouzeau a choisi une émission diffusée sur France 3 Ouest qui rassemble les témoignages de ceux qui l'ont rencontré : Dominique Aury, Georges Brassens, Claude-Roland Manuel.

Valérie Rouzeau a notamment écrit «Pas revoir» (le Dé Bleu, 1999) et «Neige rien» (Unes, 2000), réédités en un volume à La Table ronde en 2010.


- www.m-e-l.fr
- www.ina.fr
- mercredi 6 octobre de 13 h à 14 h 30 au Petit Palais
- Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris
- av. W. Churchill —, Paris 8
- métro Champs-Elysées Clémenceau (entrée libre)



Par Marie Catherine Chevrier

Tags: