Fabrique du portrait, Rodin face à ses modèles

Archive 04 juillet 2009

jusqu'au 23 août 2009

Le musée Rodin met à l'honneur l'art particulier du portrait à travers l'exposition La fabrique du portrait, Rodin face à ses modèles et son prolongement contemporain, Confessions / Portraits, vidéos, deux oeuvres de l'artiste britannique Gillian Wearing.



Laboratoire de création mais aussi fresque sociale, l'exposition La fabrique du portrait, Rodin face à ses modèles invite à découvrir l'oeuvre
méconnue, de Rodin portraitiste.

Elle met en lumière le processus de création et la démarche de l'artiste dans la construction d'un portrait. Modelés dans la terre même, les visages de Baudelaire, Clemenceau, Balzac, côtoient celui du bourgeois de la fin du XIXe siècle.

À cette occasion, le musée a sorti de ses réserves de nombreuses pièces restaurées, dont certaines sont montrées au public pour la première fois. Une synthèse inédite.

Publics ou privés, commémoratifs ou intimes, le sculpteur a réalisé tout au long de sa carrière des portraits d'une grande diversité. Artistes, hommes politiques, banquiers, femmes aimées, femmes du monde, français et étrangers, autant de visages contemporains de Rodin, immortalisés dans la matière, réunis en une seule exposition.

Pour s'approprier les traits physiques et moraux du sujet portraituré, Rodin travaille directement la terre à partir de croquis saisis sur le vif ou de photographies. Marbres, plâtres, bronzes, terres cuites, cous déformés, fronts agrandis, le sculpteur joue sur les matières et les échelles, à la recherche d'une « anatomie cérébrale », pour incarner l'essence même de son sujet.

La construction de ses portraits résulte cependant d'une réflexion plus large sur le rapport entre le particulier et le général, entre le type et l'individu. À partir du modèle, Rodin définit un type: les lignes du visage sont simplifiées ou élargies, le détail et le particulier s'effacent au profit du général. Pour réaliser le portrait posthume de Balzac, Rodin fait appel à un charretier de Touraine dont les traits, typiques de la région, lui évoquent ceux de l'écrivain. Le visage de Baudelaire est également façonné à partir de celui d'un modèle de substitution.

Face au sien, Clemenceau rétorqua : « Ce n'est pas moi ». Mais c'est sans doute dans cette distance entre le type et l'individu, entre le sujet portraituré et le résultat final que s'exprime toute la puissance d'interprétation et de symbolisation du sculpteur. « Clemenceau se voit dans la réalité. Je le vois dans sa légende », expliquait Rodin.


Musée Rodin, 79 rue de Varenne, 75007 Paris.
-Fermé le lundi.
-Ouvert de 9h30 à 17h45.
-Renseignements : www.musee-rodin.fr
TP : 7€, TR 5€



Par Laure Menanteau

Tags: