Festival de Deauville 2010 : les hommages

Annette Bening, Terry Gilliam, Gregg Araki

Le Festival du cinéma américain de Deauville 2010 rend des hommages particuliers à la comédienne Annette Bening, ainsi qu'aux réalisateurs, scénaristes et producteurs Terry Gilliam et Gregg Araki, à travers des projections de films dans le cadre des Nuits américaines, et des rencontres.

[]


Nuit Annette Bening

Annette Bening, comédienne


Née au Kansas, Annette Bening passe sa jeunesse à San Diego où elle est engagée comme danseuse
dans un spectacle présenté sous l'égide du Old Globe Theatre. Elle décroche ainsi un petit rôle dans
une adaptation de William Shakespeare, puis dans deux pièces au sein du San Diego Repertory
Theatre. Elle obtient ensuite un diplôme à la San Francisco State University et suit des cours à
l'American Conservatory Theatre de San Francisco avant de rejoindre cette troupe. Après plusieurs
festivals d'été passés sur les planches dans des productions régionales, sa carrière la mène à New
York. En 1987, elle est citée au Tony Award de la meilleur jeune comédienne et remporte le Clarence
Derwent Award de la meilleure jeune comédienne pour son interprétation dans « Coastal
Disturbances »
de Tina Howe qu'elle joue à Broadway.

Annette Bening fait ses débuts au cinéma en 1988 dans « Vacances très mouvementées » d'Howard
Deutch dans lequel elle donne la réplique à Dan Aykroyd. Elle est ensuite dirigée par Milos Forman
dans « Valmont » (1989), aux côtés de Colin Firth et Meg Tilly, puis par Mike Nichols dans « Bons
baisers d'Hollywood »
(1990).

En 1990, elle est au générique du long métrage « Les arnaqueurs » de Stephen Frears aux côtés de
John Cusack et Anjelica Huston. Son interprétation dans ce film lui vaut une nomination à l'Oscar de
la meilleure actrice dans un second rôle et une même nomination aux BAFTA Awards anglais. Un an
plus tard, elle tourne dans « A propos d'Henry » de Mike Nichols avec Harrison Ford, « La liste noire »
d'Irwin Winkler avec Robert de Niro, et « Bugsy » de Barry Levinson avec Warren Beatty, rôle pour
lequel elle est nommée aux Golden Globes de la meilleure actrice.

Au milieu des années 90, elle partage l'affiche avec Michael Douglas dans « Le président et Miss
Wade »
(1995) de Rob Reiner, rôle qui lui vaut une nouvelle nomination aux Golden Globes de la
meilleure actrice, puis elle incarne la reine Elizabeth dans « Richard III » (1995) de Richard Loncraine
et la femme de Jack Nicholson dans « Mars Attacks ! » (1996) de Tim Burton. Elle joue ensuite dans
« Couvre-feu » (1998) d'Edward Zwick avec Denzel Washington et « Prémonitions » (1999) de Neil
Jordan.

En 1999, Annette Bening obtient sa première nomination à l'Oscar de la meilleure actrice pour son
interprétation dans « American Beauty » de Sam Mendes aux côtés de Kevin Spacey, le film
remportant cinq Oscar dont ceux de meilleur film et meilleur réalisateur. Elle reçoit également un
BAFTA Award de la meilleur actrice, une nomination aux Golden Globes et deux Screen Actors Guild
Awards. En 2000, elle est à nouveau dirigée par Mike Nichols dans la comédie « De quelle planète
viens-tu ? »
puis par Kevin Costner dans le western « Open Range » (2003).

En 2004, elle est nommée une deuxième fois à l'Oscar de la meilleure actrice pour son rôle dans
« Adorable Julia » d'István Szabó. Elle remporte également pour ce film un Golden Globe et un
Screen Actors Guild Award. L'année suivante, sa prestation dans le téléfilm « Mrs. Harris » de Phyllis
Nagy lui vaut une nouvelle fois d'être nommée aux Golden Globes de la meilleur actrice, au Screen
Actors Guild Award et à l'Emmy Award.

Parallèlement à sa carrière au cinéma, Annette Bening est régulièrement sur les planches. Elle
obtient ainsi en 1999 une nomination à l'Ovation Award de la meilleure comédienne pour son
interprétation de Hedda Gabler dans la pièce homonyme d'Henrik Ibsen au Geffen Playhouse de Los
Angeles. Elle s'illustre également sur scène à Los Angeles dans « La cerisaie » de Anton Tchekhov,
« Talking Heads » de Alan Bennett et « Médée » d'Euripide. En 2010, elle joue au Geffen Playhouse
dans la pièce « The Female of the Species » de Joanna Murray-Smith.

Annette Bening sera prochainement à l'affiche des films « Mother and Child » de Rodrigo Garcia et
« The Kids are All Right » de Lisa Cholodenko, qu'elle viendra présenter aux festivaliers.

Dans le cadre de cet hommage à Annette Bening, le festival proposera les films suivants:

- Valmont de Milos Forman (1989)

avec Annette Bening, Colin Firth, Meg Tilly

Pour se venger de son amant qui s'apprête à épouser la jeune Cécile de Volanges, la Marquise de
Merteuil demande au Vicomte de Valmont de séduire cette dernière.

- Bugsy de Barry Levinson (1991)

avec Annette Bening, Warren Beatty, Harvey Keitel

La fulgurante ascension et la chute de Ben 'Bugsy' Siegel, gangster de New York qui créa la ville de
Las Vegas.

- The american president (Le président et Miss Wade) de Rob Reiner (1995)

avec Annette Bening, Michael Douglas, Martin Sheen

Le président des Etats-Unis tombe sous le charme d'une avocate engagée par une organisation
écologique pour défendre ses intérêts à la Maison Blanche.

- American beauty de Sam Mendes (1999)

avec Annette Bening, Kevin Spacey, Mena Suvari

Un père de famille en pleine crise de la quarantaine décide du jour au lendemain de se faire licencier
et d'acheter la voiture de ses rêves...


Nuits Terry Gilliam

Terry Gilliam, réalisateur, scénariste et producteur


Né en 1940 à Minneapolis, Terry Gilliam est d'abord illustrateur de magazines, tout en travaillant de
temps à autre dans un studio d'animation. En 1967, il s'installe à Londres. Deux ans plus tard, il crée
avec Terry Jones, Michael Palin, Eric Idle, John Cleese et Graham Chapman le célébrissime groupe de
comédiens humoristes, les Monty Python. Il en est le seul membre américain. Il est le scénariste et
l'animateur des séquences animées de la série culte « The Monty Python's Flying Circus ».

En 1975, après le court métrage « The Miracle of Flight », Terry Gilliam co-écrit et co-réalise avec
Terry Jones son premier long métrage parodique, « Monty Python, sacré Graal », puis co-écrit et
signe seul la réalisation de « Jabberwocky » (1977) où l'on retrouve sa facette fantaisiste et hors
norme. Il co-écrit deux ans plus tard le scénario du film « La vie de Brian » de Terry Jones, puis coécrit,
produit et réalise « Bandits, Bandits » en 1981, le voyage surréaliste d'un jeune garçon à travers
le temps. Après avoir réalisé « The Crimson Permanent Assurance », le prologue du film « Monty
Python, le sens de la vie » de Terry Jones (1983), il signe en 1985 ce que beaucoup considèrent
comme un chef d'oeuvre, « Brazil », une fable sociale visionnaire et surréaliste mêlant humour
sarcastique et visions de cauchemar qu'il définit lui-même comme « la rencontre de Frank Capra et
de Franz Kafka ». Il y dirige notamment Robert De Niro et Jonathan Pryce. Outre des critiques
dithyrambiques et un Los Angeles Film Critics Award du meilleur film, il obtient une citation à l'Oscar
du meilleur scénario original.

Trois ans plus tard, Terry Gilliam co-écrit et réalise le film fantastico-historique « Les aventures du
Baron de Munchausen »
avec John Neville, Eric Idle, Sarah Polley, Oliver Reed et Sting. Suivra « Fisher
King, le roi pêcheur »
avec Jeff Bridges et Robin Williams, une fable contemporaine qui lui vaut d'être
nommé au Golden Globe du meilleur réalisateur. Le film remporte également le Lion d'argent au
festival de Venise.

En 1995, Terry Gilliam dirige Bruce Willis et Brad Pitt dans le film épique de science-fiction « L'armée
des 12 singes »
, présenté au festival de Berlin. Il réalise ensuite « Las Vegas Parano », dont il co-signe
le scénario, une adaptation du roman de Hunter S. Thompson écrit en 1971. Johnny Depp et Benicio
Del Toro sont les acteurs principaux du film qui est présenté en compétition au Festival de Cannes en
1998.

En 2000, Terry Gilliam entame le tournage du long métrage qu'il rêve de mettre en scène depuis des
années, « The Man Who Killed Don Quixote », pour lequel il retrouve Johnny Depp et Jean Rochefort.
Malheureusement, suite à une série d'avaries et d'accidents, le tournage est interrompu au bout
d'une semaine. Cette terrible expérience donnera naissance à un documentaire, « Lost in La
Mancha », réalisé par Keith Fulton.

En 2005, Terry Gilliam réalise la fable fantastique « Les frères Grimm », dans lequel il dirige Matt
Damon et Heath Ledger, puis co-écrit et réalise le drame poétique « Tideland » avec Jeff Bridges,
Jodelle Ferland et Janet McTeer. En 2009, il écrit, produit et réalise le film d'aventure féerique
« L'imaginarium du Docteur Parnassus », dans lequel il dirige à nouveau Heath Ledger et Johnny
Depp qui partagent l'affiche avec Colin Farrell, Jude Law, Christopher Plummer et Tom Waits.

Dans le cadre de cet hommage à Terry Gilliam, le Festival présentera l'INTEGRALE des films du cinéaste.

- Monty Python and the holy Graal (Monty Python, sacré Graal) de Terry Gilliam &
Terry Jones (1975)

avec Graham Chapman, John Cleese, Eric Idle

Le roi Arthur et les Chevaliers de la Table Ronde se lancent à la conquête du Graal et vont devoir
passer de nombreuses épreuves.

- Time Bandits (Bandits, bandits) de Terry Gilliam (1981)

avec Craig Warnock, Sean Connery, John Cleese

Un petit garçon part pour un voyage à travers l'Histoire, accompagné d'une troupe de nains qui a
dérobé à l'Être Suprême la carte du Temps.

- Brazil de Terry Gilliam (1985)

avec Jonathan Pryce, Robert de Niro, Kim Greist

Un employé de bureau peu ambitieux tente de réparer les dégâts causés par une erreur informatique
et rencontre la femme dont il rêve chaque nuit.

- The adventures of baron Munchausen (Les aventures du baron de Munchausen) de
Terry Gilliam (1988)

avec John Neville, Eric Idle, Sarah Polley

Dans une ville assiégée par les Turcs, des comédiens jouant 'Les Aventures du Baron de
Munchausen' sont interrompus par un vieillard qui prétend être le vrai Baron.

- The fisher King (Fisher King, le roi pêcheur) de Terry Gilliam (1991)

avec Robin Williams, Jeff Bridges, Amanda Plummer

Un animateur radio en rupture de ban suit la voie de la rédemption en aidant un sans-abri
mentalement instable.

- Twelwe monkeys (L'armée des 12 singes) de Terry Gilliam (1995)

avec Bruce Willis, Madeleine Stowe, Brad Pitt

En 2035, des scientifiques envoient un détenu dans le passé pour réunir les informations nécessaires à
l'éradication d'un virus mortel qui sévit actuellement.

- Fear and loathing in Las Vegas (Las Vegas Parano) de Terry Gilliam (1998)

avec Johnny Depp, Benicio Del Toro, Tobey Maguire

En 1971, l'épopée tragi-comique du journaliste Raoul Duke et de son avocat le Dr. Gonzo en route vers
Las Vegas.

- The brothers Grimm (Les frères Grimm) de Terry Gilliam (2005)

avec Matt Damon, Heath Ledger, Monica Bellucci

En 1811, les frères Grimm prétendent pouvoir lutter contre les esprits maléfiques et les créatures en
tous genres mais ce sont en fait des escrocs.

- Tideland de Terry Gilliam (2005)

avec Jodelle Ferland, Jeff Bridges, Jennifer Tilly

Lorsque sa mère meurt, une jeune fille s'installe dans une ferme avec son père et s'évade dans un
monde imaginaire pour échapper à la solitude.

- The imaginarium of Doctor Parnassus (L'imaginarium du Docteur Parnassus) de
Terry Gilliam (2009)

avec Heath Ledger, Johnny Depp, Jude Law

Avec sa troupe de théâtre « L'Imaginarium », le Docteur Parnassus offre au public l'opportunité
d'entrer dans un univers merveilleux en traversant un miroir magique.

Rendez-vous avec Terry Gilliam

Après Andy Garcia, Darren Aronofsky, Neil LaBute, James Foley, Edward Burns, Scott
McGehee, David Siegel, Jonathan Nossiter et Charlie Kaufman, le Festival du Cinéma
Américain de Deauville propose cette année un rendez-vous avec Terry Gilliam qui parlera
de son travail et répondra aux questions des personnes présentes.

Cette rencontre aura lieu dans la salle Lexington, située dans l'enceinte du CID, le
dimanche 5 septembre à 18h00.
L'accès est gratuit, dans la limite des places disponibles.


Nuit Gregg Araki

Gregg Araki, réalisateur, scénariste et producteur


Né le 17 décembre 1959 à Los Angeles en Californie, Gregg Araki est très tôt attiré par les arts visuels,
la bande dessinée et la musique pop. Il obtient un diplôme de cinéma à l'Université de Santa Barbara
puis un master en cinéma à l'USC (University of Southern California).
Gregg Araki écrit, produit et réalise son premier long métrage, « Three Bewildered People in the
Night »
en 1987 : une romance entre une vidéaste, son amant et son ami homosexuel. Ce film
remporte trois prix au festival de Locarno la même année. En 1989, il tourne « The Long Weekend
(O'Despair) »
en noir et blanc et en 16mm, pour un budget de 5 000 dollars, tout comme son premier
film.

Le cinéaste, remarqué pour son anticonformisme, émerge véritablement en 1992 avec son troisième
film, « The Living End ». Cette histoire de deux amants homosexuels porteurs du virus HIV rompt
avec ses précédentes oeuvres par sa dimension beaucoup plus tragique. En 1994, il commence sa
trilogie Teen Apocalypse avec « Totally F***ed Up », puis persévère dans la subversion l'année
suivante en signant « Doom Generation », un road movie trash à l'humour désespéré. Il termine ce
cycle en 1997 avec « Nowhere », présenté au festival de Deauville la même année et décrit par le
metteur en scène comme « un épisode de Beverly Hills 90210 sous acide ».

En 1999, Gregg Araki dirige Kathleen Robertson, déjà présente au générique de « Nowhere », dans la
comédie « Splendeur ». Après un passage par le petit écran avec la réalisation de « This Is How the
World Ends »
(2000), Gregg Araki est acclamé par la critique en abordant le sujet tabou de la
pédophilie dans « Mysterious Skin » (2005), une adaptation du roman éponyme de Scott Heim. Son
film suivant, la comédie déjantée « Smiley Face », est présenté en 2007 à la Quinzaine des
Réalisateurs et au festival de Deauville. « Kaboom » est son onzième long métrage.

Dans le cadre de ce regard sur le travail de Gregg Araki, le Festival proposera les longs
métrages suivants du cinéaste:


- Three bewildered people in the night de Gregg Araki (1987)

Alicia, vidéaste, vit avec Craig, un comédien en devenir. Celui-ci est de plus en plus attiré par le
meilleur ami d'Alicia, un jeune artiste homosexuel...

- The Doom Generation (Doom Generation) de Gregg Araki (1995)

avec James Duval, Rose McGowan, Johnathon Schaech

Un couple d'adolescents croise la route d'un jeune homme qui les entraîne dans un cauchemar
psychédélique, surréaliste et violent.

- The living end de Gregg Araki (1992)

Deux amants séropositifs, dont l'un est prostitué et l'autre critique de cinéma, partent pour une virée
mouvementée à travers les Etats-Unis.

- Nowhere de Gregg Araki (1997)

avec James Duval, Rachel True, Debi Mazar

A Los Angeles, les déambulations nocturnes d'adolescents qui passent leur temps sous ecstasy et
multiplient les expériences sexuelles.

- Splendor (Splendeur) de Gregg Araki (1999)

avec Kathleen Robertson, Johnathon Schaech, Matt Keeslar

Veronica a deux petits amis très différents et décide un jour de les faire se rencontrer.

- Mysterious skin de Gregg Araki (2005)

avec Joseph Gordon-Levitt, Brady Corbet, Elisabeth Shue

La vie de Brian change après un incident survenu lorsqu'il avait huit ans. Dix ans plus tard, il est
certain d'avoir été enlevé par des extraterrestres...

- Smiley face de Gregg Araki (2007)

avec Anna Faris, Adam Brody, Matthew J. Evans

Une jeune actrice ayant mangé sans le savoir des biscuits contenant de la drogue, va tenter de passer
une audition et de remplacer les fameux gâteaux.

- Kaboom de Gregg Araki (2010)

Smith mène une vie tranquille sur le campus - il couche avec la belle London, tout en désirant Thor,
son sublime colocataire - jusqu'à une nuit terrifiante où tout va basculer.


- Festival du film américain de Deauville
- du 3 Septembre au 12 Septembre 2010
- Tarifs : badges permanents 150 € - badges journaliers 30 € - badges journaliers étudiants -26 ans 12 €

- Lieux : Centre international de Deauville, Casino Lucien Barrière de Deauville et cinéma le Morny

----------------------------------------------------------------------------------

Lire également :

- Festival du cinéma américain de Deauville 2010
- Festival de Deauville 2010: nuit 'portraits de femmes'



Par Nicole Salez

Tags: