Festival Marto - L'Oeil de Judas

Dans le cadre du Festival marto, la compagnie du Théâtre du Rugissant plante son chapiteau à Antony jusqu'au 25 novembre pour jouer 'L'œ,il de Judas'.


Une vue de l'immeuble

Une compagnie théâtrale pas comme les autres : le théâtre du Rugissant. Son camp de base : Graulhet, petite ville du Tarn, rendue célèbre, avant-hier, par ses tanneries, hier sinistrée et qui renaît de ses cendres aujourd'hui. C'est en 2003 que la compagnie pose ses valises dans une ancienne mégisserie afin d'y créer un lieu de vie et de création. De là le théâtre du Rugissant rayonne avec ses caravanes, son chapiteau et ses créations. Le texte, la musique, les décors, les costumes sont une œ,uvre collective de la troupe. Une particularité de plus : la troupe ne joue que leurs créations. Après une tournée aux quatre coins de France, la compagnie plante la tente à Antony, jusqu'au 25 novembre, pour cinq représentations de « L'œ,il de Judas », dans le cadre du festival Marto.

L'acteur


« L'œ,il de Judas » est un spectacle de marionnettes. Le vieux Giacomo va mourir. Entre rêves et réalités, son esprit l'entraîne vers l'immeuble de son enfance et le drame qui s'y est déroulé. Au détour d'un couloir, dans l'intimité d'un appartement, des fragments d'humanité se distillent. On peut voir cet « Œil de Judas » comme une parabole sur la rumeur, le racisme, les amours perdues. On peut y voir aussi comment de braves gens, manipulés par des esprits diaboliques, se transforment en authentiques bourreaux.
Une fable sur notre monde moderne en quelque sorte.


- Pass MAR.T.O. 3 spectacles 21€ (12€ la place supplémentaire)
- Tarif normal 16€, tarifs réduits 12€ étudiants, demandeurs d'emploi, intermittents, retraités, moins de 18 ans, abonnés des théâtres MAR.T.O.
- www.festivalmarto.com

- Théâtre Firmin-Gémier/ LA Piscine
Théâtre Firmin Gémier
- place Firmin Gémier
- Espace cirque rue Georges Suant | Antony
- accueil@tfg-lp.com | 01 41 87 20 84

- Théâtre du Rugissant : 05 63 58 55 46
- theatre.rugissant@orange.fr



Par Marie Catherine Chevrier

Tags: