Izis, Paris des Rêves - Photographe

jusqu'au 29 mai 2010 à Paris

De la bande des cinq exposés au Museum of Modern Art de New-York en 1951 - Brassaï, Cartier-Bresson, Doisneau et Willy Ronis - Izis est le moins célèbre.

La Mairie de Paris lui rend justice dans une grande rétrospective : l'exposition 'Izis, Paris des rêves' s'attache surtout à la période parisienne de l'artiste. Le Paris populaire, sensuel, graphique de l'après-guerre.



Willy Ronis parlait de « mise au purgatoire injuste » pour évoquer l'oubli dans lequel est cantonnée l'oeuvre de son ami Izis. Cité dans toutes les histoires de la photographie comme l'un des grands photographes humanistes, sélectionné dès 1951 avec Brassaï, Cartier-Bresson, Doisneau et Ronis pour l'exposition « Five French Photographers », au MoMA de New York, à la fois poète de l'image, portraitiste, reporter, Izis reste un artiste méconnu.

Vidéo sur Izis réalisée par la Mairie de Paris

Manuel Bidermanas, son fils, photographe lui même et Armelle Canitrot, critique, tous deux commissaires de cette exposition, nous font découvrir le photographe qui fut l'ami de Jacques Prévert ou de Max Chagall.



'Le Paris des rêves'

Les images d'Izis tournent résolument le dos aux années noires, aux difficultés de la reconstruction et aux crispations de la guerre froide.

On n'y trouve ni le Paris des bas-fonds de Brassaï, ni l'humour de Doisneau, ni le symbolisme de Boubat, ni la cérébralité d'Henri Cartier-Bresson, ni encore les images intimistes ou engagées de Ronis. D'une lecture simple en apparence, ses photographies révèlent en fait une pointe d'intranquillité qui n'existe pas chez les autres humanistes.

« Pourquoi Paris ? Parce que Paris excitait mon imagination. C'était la Ville lumière. Pour moi, tout se passait à Paris. En 1930, Londres, New York ou Berlin ne m'attiraient pas. On lisait des romans français, on apprenait avec intérêt l'histoire de France. Pour nous, dans notre imagination, c'était le paradis européen, comme pour d'autres, l'Amérique. (...) Nous étions attirés par la France comme pays de l'Esprit. La Liberté, l'Égalité de l'homme et la Culture, c'est ça qui nous faisait rêver »


-Du 20 janvier au 29 mai
-Hôtel de Ville - Salle St-Jean, 5 rue de Lobau 75004 Paris
-M° Hôtel de ville
-Tous les jours de 10h à 19h sauf dimanches et jours fériés
-Entrée libre



Par Laure Menanteau

Tags: