Jean-Yves Cendrey

Archive 11 juillet 2008

'La maison ne fait plus crédit' de Jean-Yves Cendrey

Dans ce roman, La maison ne fait plus crédit, Jean-Yves Cendrey liquide l'héritage familial, et achève son cycle autobiographique.



C'est l'héritage familial et sa propre enfance que Jean-Yves Cendrey liquide dans ce nouveau roman. Au centre, le personnage repoussoir de la « manman ». Pour raconter l'histoire de cette mère cupide et banalement destructrice, l'auteur choisit, comme à son habitude, un prête-nom : en l'occurrence l'amant de la mère, un type quelconque, plutôt vulgaire, éleveur de pigeons à ses heures et admirateur inconditionné de Pompidou puis de Sarkozy.

Il a pour « ennemi intime » Jean-Yves Cendrey, dont il déteste les livres accusateurs et déshonorants pour la « manman ». On suit ce couple banal et risible sur plusieurs décennies et on se délecte des apparitions du « salaud de fils », Jean-Yves Cendrey, venu jeter le trouble dans cette relation adultère. On retrouve dans ce roman tout ce que l'on aime chez Cendrey : un ton vachard et saignant, un style inimitable et un sujet sombre - les ravages de la vie de famille et de ses ordinaires et criminels silences- mais abordé avec distance, par le truchement d'une histoire de couple pathétique et cocasse. Ce roman féroce et drôle est la suite des Jouissances du remords. C'est le troisième et dernier tome des « mémoires » de l'auteur, car l'heure de la Liquidation a bien sonné.


Jean-Yves Cendrey a publié plusieurs romans aux éditions P.O.L. : Principes du cochon, Les morts vont vite, Trou-Madame , aux Éditions de L'Olivier : Les Petites Sœ,urs de sang, Une simple créature. Avec Les Jouets vivants, suivi des Jouissances du remords, il initiait le cycle autobiographique que ce nouveau roman achève.

-Ed. L'Olivier
-18€

A lire :

-La mère des lamentations

-Passage de la mère morte, Jean-Claude Perrier, éd. Stock, 14€

-La mère de ma mère, Karine Reysset, éd. L'olivier 18€

Courir avec des ciseaux Augusten Burroughs, éd. 110/18 8,50€

-Pardon mère, Jacques Chessex, éd. Grasset, 17,50€

Ce qui me manque, de Avril Ventura, éd. Seuil, 17,50€

Par Laure Menanteau

Tags: