Johnny Hallyday, le roi caché - Véronique Mortaigne

Alors que Johnny Hallyday, hospitalisé depuis le 7 décembre 2009, vient de quitter l'hôpital de Los Angeles et que l'on ne sait toujours pas de façon certaine si le rocker reprendra sa tournée 66, plongeons dans le dernier essai de Véronique Mortaigne, critique musicale au Monde. Dans cet ouvrage, paru en novembre 2009, l'auteure dresse le portrait de l'artiste Johnny, adulé par certains, moins par d'autres, néanmoins roi du spectacle, avec, en toile de fond, celui de quarante ans de société française.




C'en est fini de sa vie de vagabond, il pose son sac, c'est sa dernière tournée. Idole nationale, Johnny a inauguré une ultime série de concerts, le Tour 66. Prenant prétexte de cet événement, l'une des plus grandes critiques musicales françaises esquisse à travers le portrait de l'artiste, quarante années de société française.

Derrière l'écran de ses yeux bleus, filmés de près par Johnny To, Hallyday cache un inconscient français. Fort, éclatant dans sa jeunesse, il a délivré les Français des pesanteurs de la guerre. Né en 1943 au coeur d'un Paris occupé, le chanteur a grandi dans les années sans mémoire. Puis il a scellé les noces de l'Amérique fantasmée, celle des grands espaces, des westerns avec motos en lieu et place des chevaux sauvages, et du vieux pays européen.

Pour sa dernière tournée, Hallyday revient au rock de ses jeunes années, aux versions françaises des chefs-d'oeuvre d'Elvis Presley, d'Eddy Cochran ou Ray Charles. À 66 ans, il remplit des stades sous le symbole de l'aigle américain. Basique et bizarre, présent et absent, Johnny rassemble des fans fédérés par des idées de solitude, de révolte, de mauvais garçons.
Chanteur populaire, Hallyday a gagné ses galons auprès de l'intelligentsia par le cinéma, en compagnie de Nathalie Baye et de Jean-Luc Godard, mais aussi grâce à des chansons écrites par des intellos pop, comme Françoise Sagan, Philippe Labro, Étienne Roda-Gil. Même les écrivains se sont inclinés : Louis Aragon, Lucien Bodard, Marguerite Duras...

On dit Presley toujours vivant, menant une existence dorée à l'abri des regards. Cette nouvelle légende de l'histoire du rock'n'roll, c'est d'abord une ancienne métaphore, utilisée au xvie siècle par les Portugais qui croient au roi caché, encoberto, incarnation du destin de la nation.
Hallyday 2009 règne sous ses habits des années 1960 : beau, très beau, sauvage.
Cet Hallyday-là est un roi caché, qui, quelles que soient les rides et les douleurs, incarne la jeunesse d'une France qui se rêve en nouveau monde.



L'auteur

Véronique Mortaigne est critique musicale au journal Le Monde depuis 1990. Parmi ses publications : Un entretien avec Claude Lévi-Strauss (Le Monde/Chandeigne 2005) et Cesaria Evora, la voix du Cap-Vert (Actes Sud 1997)

- Johnny Hallyday, le roi caché,
- Auteure : Véronique Mortaigne
- Essai
- Don Quichotte Editions
- Parution : 12 novembre 2009
- 18 €

Par Nicole Salez

Tags: