Le Montespan, de Jean Teulé

Archive 25 juillet 2008

Le cocu de Louis XIV

Jean Teulé explore dans Le Montespan l'envers du Grand Siècle qui patauge dans ses bassesses et ses tromperies. il dessine le portrait d'un homme amoureux qui osa affronter le monarque le plus puissant de son temps. Du tragique et du burlesque.



« Voici mon portrait (...) que tu mettras dans ta chambre quand le roi n'y sera plus... ».

Au temps du Roi-Soleil, avoir sa femme dans le lit du monarque était pour les nobles une source de privilèges inépuisable.

Le jour où Louis XIV jeta son dévolu sur Mme de Montespan, chacun, à Versailles, félicita le mari de sa bonne fortune. C'était mal connaître Louis-Henri de Pardaillan, marquis de Montespan. Gascon fiévreux et passionnément amoureux de son épouse, Louis-Henri prit très mal la chose. Dès qu'il eut connaissance de son infortune, il orna son carrosse de cornes gigantesques et entreprit de mener une guerre impitoyable contre l'homme qui profanait une union si parfaite.

Refusant les honneurs et les prébendes, indifférent aux menaces répétées, aux procès en tous genres, aux emprisonnements, à la ruine, aux tentatives d'assassinat, il poursuivit de sa haine l'homme le plus puissant de la planète pour tenter de récupérer sa femme.

Jean Teulé excelle dans le tragique et le burlesque des faits, des mots et dresse à la gasconne un tableau débridé, hilarant et émouvant de l'envers du Grand Siècle. Il rend hommage à cet oublié de l'Histoire - personnage hors du commun - qui, l'un des premiers, osa affronter à visage découvert le pouvoir absolu de son époque.

Le Montespan
-De Jean Teulé
-Editions Julliard
-20€


Par Thérence Normann

Tags: