Les enfants de Las Vegas, de Charles Bock

Archive 24 août 2009

A 39 ans, Charles Bock publie son premier roman Les enfants de Las Vegas, une fresque de la marginalité américaine.



Une nuit d'été à Las Vegas, Newell Ewing disparaît. Parti en virée avec son ami Kenny quelques heures plus tôt, il ne donne plus signe de vie. Au même instant, dans la ville saturée de néons, se croisent une fille au crâne rasé accro à la drogue, un livreur de films X, un dessinateur de BD fan de jeux vidéo et une strip-teaseuse en mal de gloire.

Comme Newell, tous sont en rupture avec leur famille. Dans ce lieu créé de
toutes pièces en plein désert, où la norme n'a plus aucun sens, ils tentent de tracer leur chemin, entre autodestruction et besoin de rédemption.

Cette fresque spectaculaire est une plongée dans l'Amérique de la marge. Tel le Brooklyn de Selby, la « fabuleuse Vegas» devient l'envers du décor, la face sombre mais sublime du rêve américain.


L'auteur


Charles Bock est né en 1970 à Las Vegas, dans le Nevada. Il vit aujourd'hui à New York. Élève de Rick Moody à Bennington, il a fait une
irruption fracassante sur la scène littéraire américaine, comme avant
lui Zadie Smith et Gary Shteyngart. Grand succès critique et public,
Les Enfants de Las Vegas est son premier roman.


-Les enfants de Las Végas de Charles Bock
-Éd. de l'Olivier
-23 €
-en librairie le 10 septembre 2009



Lire aussi :

Véronique Ovaldé raconte dans Ce que je sais de Vera Candida un conte universel qui traite de l'histoire de l'amour mais déplacé dans une île tropicale.

Avec L'Arabe, Antoine Audouard dépeint la violence issue des préjugés et l'arriération sociale.

Alice Munro retrace, Du côté de Castle Rock, le destin de ses ancêtres, partis d'Écosse au XVIIIe siècle pour rejoindre la terre de toutes les promesses : l'Amérique.

Par Thomas Martinez

Tags: