Les promesses du passé, 1950-2010

Archive 17 avril 2010

Du 14 avril au 19 juillet, le Centre Pompidou présente 'une histoire discontinue de l'art dans l'ex-Europe de l'Est'. L'exposition s'attache à remettre en cause la notion même d'histoire de l'art entendue comme linéaire et continue, telle qu'elle a été envisagée à l'époque moderne, en mettant l'accent sur la notion de discontinuité.



D'avril à juillet 2010, le Centre Pompidou présente Les promesses du passé, une exposition transnationale et transgénérationnelle qui propose les oeuvres de cinquante artistes issus, pour beaucoup d'entre eux, d'Europe centrale et orientale.

Le titre de l'exposition reprend l'expression du philosophe allemand Walter Benjamin (1892—,1840) analysant l'Histoire comme une suite d'événements discontinus. Ce phénomène est particulièrement flagrant dans l'histoire des pays de l'Est de l'Europe. Vingt ans après la chute du Mur de Berlin, cette exposition interroge l'ancienne opposition européenne Est/Ouest en revisitant l'histoire des pays du bloc communiste. D'une part, le Centre Pompidou souhaite révéler au public des artistes peu connus en France, qui ont marqué, par leur travail artistique et leurs thématiques, leur pays d'origine. D'autre part, cette exposition explique l'influence notoire des figures tutélaires d'Europe centrale et orientale sur la jeune génération d'artistes internationaux.


En effet, de nombreux artistes contemporains, issus ou non des anciens pays de l'Est, ont repris les pratiques propres aux courants artistiques de cette partie de l'Europe et ont été largement inspirés par les mouvements
et les thématiques qui y ont été développés —, les performances discrètes de Roman Ondák étant par exemple très proches de celles effectuées par Július Koller et Jiří Kovanda dans les années 1970.

De nombreux artistes de la scène artistique contemporaine ont su aussi réinterpréter l'héritage architectural de l'époque communiste tel David Maljković qui insuffle une nouvelle vie aux bâtiments de Vojin Bakić, ou encore Cyprien Gaillard qui documente l'état actuel de ces vestiges architecturaux.

L'exposition met en exergue le travail d'artistes parmi les plus emblématiques de l'ancienne Europe de l'Est en soulignant leur influence sur la scène artistique internationale. Y figurent, entre autres, des artistes déjà confirmés tels Sanja Ivekovic´, Dimitrije Bašicˇevic´Mangelos ou Edward Krasin´ski, mais aussi des personnalités que le public français découvrira.


Lire aussi L'art en Europe de l'est au cours des cinquante dernières années. L'évolution depuis la période du 'réalisme socialiste'. Les oeuvres et la place de la femme dans la création artistique. (Vienne, 2009-2010)


--Musée et Expositions Place Georges Pompidou
75004 Paris
--11h à 21h (fermeture des caisses à 20h).
--Tarif plein 12 € ou 10 € selon période / tarif réduit 9 € ou 8 € selon période



Par Floria-Rose David

Tags: