Max Ernst : Une Semaine de Bonté

Ce livre, 'Max Ernst : Une semaine de bonté', publié chez Gallimard permet de comprendre comment le XXe siècle s'est nourri du maître en matière d'images à sensation.




Après 1850, l'image à sensation est partout : livres et revues, presse et annonces prolifèrent.
Né en 1891, Max Ernst est l'enfant de cette révolution-là. Sa culture et sa mémoire visuelles vont être mises à profit en 1933 lorsqu'il décide, en plein surréalisme, de détourner un certain nombre d'illustrations anciennes. Il puise à Sade comme à Fantômas, à Doré et Grandville autant qu'aux couvertures de romans policiers. Le livre qui résulte de ces rapines géniales en 1936 —, sans texte et se déclinant selon les jours de la semaine —, permet de comprendre comment le XXe siècle s'est nourri de son prédécesseur.

- Max Ernst
- Auteur : Werner Spies
- Editeur: Gallimard
- Une semaine de bonté
- 408 pages
- Parution : 25-06-2009
- 45,00 €


- Lire également : Max Ernst - Musée d'Orsay



Par Nicole Salez

Tags: