Mont Athos et Empire Byzantin

Archive 31 mai 2009

Jusqu'au 5 juillet, le Petit Palais présente l'exposition 'Le Mont Athos et l'Empire byzantin, Trésors de la Sainte montagne'. L'occasion de découvrir les splendeurs de ces monastères dans lesquels les femmes
ne sont pas admises !


© Monastère de Vatopédi


Pour la première fois, un ensemble considérable de trésors d'art byzantin du IXe au XVIIIe siècle
appartenant aux moines du Mont Athos (icônes, peintures, objets...) est présenté au public en dehors de la Grèce. Et pour un bon nombre, pour la première fois, en dehors du Mont Athos ! Deux cents oeuvres sont exposées, choisies parmi les collections de neuf
monastères grecs du Mont Athos : Vatopédi, Iviron, Dionysiou, Pantocrator,
Karakallou, Simonos Pétra, Saint Paul, Xenophontos, Gregoriou et de l'église du
Protaton à Karyès, siège de l'administration centrale de la Sainte Montagne. Elles
donnent à voir la vie et la production artistique de ce haut lieu spirituel dans ses
différentes facettes, et témoignent en particulier des rapports qu'a entretenus la
péninsule avec les empereurs byzantins.

Choeur de pères athonites - Icône du XVIIIème siècle - © Eglise du Protaton



Une montagne mystérieuse

Le Mont Athos est un endroit mystérieux.
Cette péninsule qui s'avance dans la mer Egée abrite depuis le IXe siècle des moines
orthodoxes épris de silence et d'isolement face aux agitations du monde.
Vingt monastères orthodoxes sont protégés par un statut particulier issu de l'Empire
byzantin et toujours reconnu par l'Etat hellénique. Parmi les prérogatives de la
Sainte Montagne, la plus célèbre est sans doute sa restriction d'accès : les étrangers
(pèlerins ou scientifiques) ne peuvent y pénétrer que sur autorisation et les femmes
n'y sont pas admises.
Ces monastères renferment, depuis le Xe siècle, des richesses (manuscrits
enluminés, icônes, objets liturgiques, reliquaires, tissus, mosaïques, chrysobulles,
fresques) héritées des Empereurs byzantins et de hauts personnages, ou fruits du
travail des moines au cours des temps. La plupart de ces oeuvres offrent la
particularité de n'avoir jamais quitté le Mont Athos, en dehors de celles qui furent
présentées à Thessalonique lors d'une exposition en 1997, l'année pendant laquelle
cette ville fut capitale culturelle de l'Europe.

- Commissariat:
- Gilles Chazal, conservateur général, directeur du Petit Palais
- Raphaëlle Ziadé, commissaire français
- Mandy Koliou, commissaire grec


- ' Le Mont Athos et l'Empire byzantin, Trésors de la Sainte montagne'.
- Du 10 avril au 5 juillet 2009
- Petit Palais : Musées des Beaux Arts de la Ville de Paris
Avenue Winston Churchill - 75008 Paris
Tel : 01 53 43 40 00
www.petitpalais.paris.fr
- Ouvert tous les jours de 10h à 18h, sauf les lundis et jours fériés - Nocturne les jeudis jusqu'à 20h
- Plein tarif 9€ - Tarif réduit 7€ - Demi-tarif 4,50€ - Gratuit jusqu'à 13 ans inclus - Billet couplé avec l'exposition William Blake 13€
- Accès : Métro lignes 1 et 13. Station Champs-Elysées Clemenceau / Bus 28, 42, 72, 73, 83 et 93 / RER :
ligne C, station Invalides , ligne A, station Charles de Gaulle —, Etoile



Par Nicole Salez

Tags: