Rodogune de Corneille au Théâtre de l'Ecole Normale Supérieure

Hervé Charton, jeune comédien et metteur en scène, reprend son adaptation de Rodogune de Corneille en ouverture du Théâtre de l'École Normale Supérieure, les 23, 24 et 25 février prochains. Une tragédie de passion fascinante où tout y est : intrigue politique, amour et jalousie, ambition, pulsions de vengeance, devoir filial, parricide, enquête criminelle...

La guerre entre Parthes et Syriens doit s'achever par le mariage de Rodogune, princesse des Parthes, avec l'aîné des fils de Cléopâtre, reine de Syrie. Mais des deux fils jumeaux, lequel est l'aîné, seule la reine le sait. Et tandis que les deux frères s'aiment au point de mépriser leurs rivalités, les deux femmes se haïssent avec tant de rigueur que cette journée ne peut promettre que sang et fureur.

Sept comédiens, dont un guitariste, occupent la scène. Quelques chaises et des jeux de lumière, contrepoint au jeu subtil des acteurs, font revivre la tragédie cornélienne. Une tragédie moderne et hautement politique dont le propos trouve un écho profond avec ce qui se passe aujourd'hui en Syrie, en Lybie, en Égypte. Comment ne pas voir en Cléopâtre, acharnée à conserver son trône, prête pour cela jusqu'à tuer ses fils, comment ne pas reconnaître Kadhafi, Moubarak, Bachar el-Assad ?

Cécile Chabert


Comment dit-elle déjà ?
« Dût le peuple en fureur, pour ses maîtres nouveaux,
De mon sang odieux arroser leurs tombeaux,
Dût le Parthe vengeur me trouver sans défense,
Dût le ciel égaler le supplice à l'offense,
Trône, à t'abandonner je ne puis consentir. »

Et de conclure : « Je perds moins à mourir qu'à vivre leur sujette. » (Acte V, scène 1).

« Cette pièce est terriblement pour les femmes, les femmes au pouvoir ou soumises à une société machiste» , commente Hervé Charton.

Les 23, 24 et 25 février 2012 à 20h à l'Ecole normale supérieure (45 rue d'Ulm, 75005 Paris).
Réservation (conseillée) : 01 44 32 29 75 ou rodogune.corneille@free.fr.
Participation aux frais : 6 €.

Par Juliette Rabat

Tags: