Tanguera, une comédie musicale argentine

Archive 28 octobre 2011

Sous l'égide de Daniel Barenboim, Michael Brenner et Diego Romay

Créé au Théâtre El Nacional de Buenos Aires le 8 Janvier 2002, la comédie musicale argentine Tanguera triomphait sur la scène du Théâtre du Châtelet, en 2008, affichant complet pendant trois semaines. Dans le cadre d'une tournée internationale, Tanguera revient à Paris pour une vingtaine de représentations du 15 octobre au 2 novembre 2011.





L'INTRIGUE

Tanguera raconte l'histoire de Giselle, une jeune Française arrivée à Buenos Aires avec les premiers immigrés européens au début du XXème siècle. A peine débarquée, Giselle rencontre un docker, Lorenzo, qui s'éprend d'elle au premier regard. Mais elle tombe sous la coupe de Gaudencio, tenancier et proxénète d'un cabaret de bas étage. Il l'attire grâce à ses promesses dans les bas fonds du port.



L'histoire de Giselle est celle de nombreux immigrants à cette époque, bercés d'illusions et dupés par un miroir aux alouettes. Pour survivre, Giselle n'a pas d'autre choix que de se prostituer et de danser dans le cloaque tenu par Gaudencio et ses hommes. Cette existence transforme la jeune femme candide en une tanguera, une danseuse de tango, qui séduit les hommes grâce à sa danse et se vend à eux. Mais la danse sera aussi son salut : Giselle devient très vite la vedette adulée des milongas, les cabarets de tango. Lorenzo, entretemps, s'enhardit et étudie de près les règles de la pègre pour sauver Giselle de cet univers. Décidé à faire face à tous les obstacles et à tous les dangers, il met tout en œ,uvre pour gagner son cœ,ur.



Tanguera n'est pas un spectacle de tango traditionnel, il est plus qu'une simple danse.
Tanguera est essentiellement tango, mais au-delà des regards et des gestes, de la musique envoutante et de la danse sensuelle, le spectacle virtuose est avant tout narration.



Dans les spectacles traditionnels de tango, les couples dansent un tango. Dans Tanguera, la danse se met au service de l'intrigue. Au- delà de la simple performance chorégraphique, durant les trois minutes que dure à peu près un tango, il arrive quantité d'éléments qui font avancer le récit. L'intrigue avance au gré des plans, tous différents : un solo de couple, tout un groupe qui danse, puis de nouveau un autre couple qui répond....
Le spectacle raconte une histoire via le théâtre et la danse. La corrélation de ces deux disciplines en fait une comédie musicale. S'ajoute à cela la lumière et le son, deux autres éléments clés dans l'illustration du récit et des conflits de l'intrigue.
Un travail mené par une formidable équipe très professionnelle et très créative.



Tanguera raconte l'histoire du Buenos Aires d'antan, de femmes au destin tragique, que la danse exprime avec mélancolie et passion. Le tango s'établit dans les quartiers d'immigrants d'Amérique latine à la n du XIXème siècle et pénètre les classes supérieures via les cabarets
« milongas ». Des maisons closes aux salons bourgeois, le tango n'a pas de frontière. Tanguera retrace avec brio la naissance, le caractère et l'authenticité de cette danse.
Avec l'histoire de Giselle, Tanguera raconte celle du tango, des quartiers d'immigrés, des maisons closes et des cabarets.

Le show est virtuose : la danse magnifie l'intrigue et devient l'élément narratif à part entière : la chorégraphie audacieuse de Mora Godoy mêle sensualité et rigueur.
Porté par trente danseurs et accompagné par un sextuor, le spectacle nous ramène aux racines du tango et de ses thématiques : la passion, le désir, la douleur et l'érotisme.



Théâtre du Châtelet

2, rue Edouard Colonne

75001 Paris

Tarifs de 10 à 80 €

Réservations au 01 40 28 28 40 du lundi au samedi de 10h00 à 19h00

www.chatelet-theatre.com

Par Catherine Bardon

Tags: