Toutpourlesfemmes.com
Accueil du site > Culture > Théâtre > Guillaume Gallienne : "Les garçons et Guillaume à table !"

Théâtre

Guillaume Gallienne : "Les garçons et Guillaume à table !"

par Nicole Salez, jeudi 24 juin 2010

Après le succès rencontré cet hiver, Guillaume Gallienne, de la Comédie-Française, reprend la représentation de "Les garçons et Guillaume, à table !" à l’Athénée théâtre Louis-Jouvet. Guillaume Gallienne a reçu le Molière 2010 de la Révélation théâtrale masculine pour ce spectacle. A ne pas manquer !
impression Envoyer l'article  un ami title=

Guillaume Gallienne
Guillaume Gallienne
Crédit : M.Lemelle

Sociétaire de la Comédie-Française, Guillaume Gallienne trouve ici le moyen de se cacher et se dévoiler tour à tour. Dans un spectacle intime et distancié, il raconte le parcours atypique d’un garçon trop bien élevé. Situations désopilantes, galerie de portraits dessinés sans complaisance, autodérision : Les garçons et Guillaume, à table ! transforme le récit autobiographique en délicieux moment de jubilation.

Synopsis

« Le premier souvenir que j’ai de ma mère c’est quand j’avais quatre ou cinq ans. Elle nous appelle, mes deux frères et moi, pour le dîner en disant : « Les garçons et Guillaume, à table ! » et la dernière fois que je lui ai parlé au téléphone, elle raccroche en me disant : « Je t’embrasse ma chérie » ; eh bien disons qu’entre ces deux phrases, il y a quelques malentendus. » Guillaume Gallienne

Note d’intention

Lorsque Olivier Meyer (directeur du Théâtre de l’Ouest Parisien) m’a invité à écrire le spectacle dont je rêvais, j’ai tout d’abord été dérouté car, sociétaire de la Comédie-Française, j’ai l’habitude, au sein de la troupe, de faire ce que l’on me demande. Et là, pour la première fois, on me proposait non pas d’interpréter Molière, Racine, Corneille... mais de jouer ce que je voulais... Alors, je me suis dit qu’il y avait bien une histoire, qui se trouve être la mienne, dont j’aimerais parler. Pas uniquement parce que cela me ferait du bien, j’ai payé un monsieur pendant des années pour cela, mais parce que cette histoire que je porte en moi depuis longtemps est théâtrale. Alors, quelle est donc cette histoire ? Disons que c’est celle d’un malentendu... Je me souviens, tout jeune enfant, j’étais avec mes frères, lorsque ma mère nous appelle pour dîner en disant : « les garçons et Guillaume, à table ! ». Sur le moment, je n’ai pas tiqué, puis plus tard, je me suis rendu compte que, chez moi, on disait souvent « Les garçons ET Guillaume ». Trop bien élevé pour contrarier ma mère et trop heureux d’être distingué, je me suis glissé dans la peau de ce Guillaume qui n’était donc pas un garçon. Aujourd’hui, je me demande : comment ai-je fait pour devenir un garçon, malgré ma docilité et ma vanité, malgré l’étiquette que l’on m’a collé avant même que je n’ai eu le temps de me découvrir ? Les garçons et Guillaume, à table ! est peut-être une forme de réponse... Guillaume Gallienne

Guillaume Gallienne aime les personnages, tous les personnages, ceux qui s’emboîtent les uns les autres, à la manière des poupées russes, pour finir par ne faire plus qu’un. Il aime aussi raconter des histoires, ses histoires... Dans Les garçons et Guillaume, à table !, il se lance pour la première fois, dans l’écriture d’un spectacle à la fois très intime et très drôle. Seul en scène, interprétant plusieurs personnages, il tente de dissiper, avec finesse et humour, quelques “malentendus”...

L’acteur, qui au départ a fait du théâtre pour être un autre et s’est rendu compte que son art lui permettait d’être lui-même, pousse ici cette révélation fondatrice à son paroxysme. Au pays où l’étiquette est reine, il balaye de son autodérision celle dont on l’a si facilement affublé et derrière laquelle, peut être, il eût été si facile de se cacher...

Portraits croisés

Guillaume Gallienne par Claude Mathieu

Chez Guillaume, le spectacle commence dans son quotidien, dans sa volupté à vous raconter des histoires, ses histoires... un entraînement intensif dans lequel il allie, avec ténacité et brio, l’adversité à l’authenticité… La constance à la fantaisie… Un sens du “trait”, du “croquage” face à des situations, souvent vécues, dans lesquelles il se laisse toujours glisser avec appétit jusqu’à l’abracadabrant, son “syndrome du Teckel”… Une vérité exacerbée, sa vérité slave, “Galliennéenne” ! Autant d’évidences dès notre première rencontre, en 1995, autour de la tragédie Racinienne qui fait également partie de ses voyages, tout amateur qu’il est de “l’outil grand écart”, aussitôt intriguée par cette exubérance, séduite par cette avidité à tout prendre, à tout faire, tout dire, tout traduire … Et bien sûr, très vite en compagnonnage sur ce fil de la connivence en terme de sensibilité, de perception de l’autre au plus près, dans l’écoute, la confiance, la détente... Avec d’abord Saint François le divin jongleur de Dario Fo, vif, précis, pétillant… Et puis, aujourd’hui, avec cette blessure, SA blessure… Là encore transcendée, comme dynamitée aux confins de son humour, de son “jusqu’au-boutisme”.

Claude Mathieu par Guillaume Gallienne

Claude Mathieu ? Ma reine, Mareine.

La première fois que j’ai rencontré Claude Mathieu, c’était pour jouer avec elle dans mon premier engagement à la Comédie-Française (je n’imaginais pas qu’il y en aurait d’autres), en tant qu’élève de première année du Conservatoire, élève stagiaire comme on dit, dans Mithridate mis en scène par mon maître d’alors Daniel Mesguich. J’y étais engagé pour jouer Arcas, un serviteur, qui apparaît à l’acte IV puis, donne le poison à la Reine Monime (acte V). C’est Claude qui jouait Monime, la reine, ma reine. Au cours des répétitions puis des représentations, elle est devenue “Mareine”. C’est elle qui m’a appris à lire un texte, l’intérieur d’un texte, elle qui m’a donné envie de chercher, de travailler, de creuser, elle qui m’a donné envie de rentrer dans cette troupe aussi. C’est Claude aussi qui m’a dit un jour : “Tu as une manière de raconter les histoires, tu devrais écrire”. Il y a deux ans, Marcel Bozonnet m’a proposé de jouer un monologue de Dario Fo, Saint François le divin jongleur, et de choisir quelqu’un de la troupe pour me mettre en scène ; j’ai immédiatement pensé à Claude. C’était extraordinaire ! J’ai eu l’impression d’avoir un coach à mes côtés. Mais pas comme ces femmes en fourrures avec des chignons atroces qui attendent les résultats aux côtés des patineurs, non, quelqu’un qui me laissait complètement libre dans mon parcours ; qui savait me guider, me conseiller, m’entraîner, me pousser aussi mais jamais avec autorité, toujours dans la suggestion : “Et si tu …. Claude ne juge pas, elle réfléchit, elle éclaire. Claude touche du bout de sa voix sublime la pensée, là où l’imaginaire va ou pourrait aller. Et son imaginaire va loin, loin, très loin. Comme pour le Dario Fo, nous avions tous les deux envie de respecter l’idée d’un théâtre sans décor, sans effet. Un acteur et sa valise, sans bouée de sauvetage, sans filet, sans protection… oui, enfin ce n’est pas tout à fait exact, j’ai son regard, et ça…

Biographies

Guillaume Gallienne – auteur, comédien

Guillaume Gallienne sort du Conservatoire national en 1998 (classes de Dominique Valadié, Stéphane Braunschweig, Daniel Mesguich) pour intégrer la Comédie-Française et devenir le 513ème sociétaire. Au sein de la troupe, on peut le voir dans La Mère Confidente de Marivaux mis en scène par Sandrine Anglade, Le Dindon de Georges Feydeau mis en scène par Lukas Hemleb, Gengis parmi les Pygmées de Grégory Motton mis en scène par Thierry de Peretti, La Nuit des rois de William Shakespeare mis en scène par Andzej Seweryn, Les Bacchantes d’Euripide mis en scène par André Wilms, Saint François le Divin Jongleur de Dario Fo mis en scène par Claude Mathieu, Les Temps Difficiles d’Edouard Bourdet mis en scène par Jean-Claude Berutti, Le Misanthrope de Molière, mis en scène par Lukas Hemleb, Fantasio de Musset, mis en scène par Denis Podalydès, Les Trois Soeurs de Tchekhov, mis en scène par Alain Françon (création mai 2010).

En 2005, il collabore à l’écriture de l’argument du ballet Caligula chorégraphié par Nicolas Le Riche, à l’Opéra de Paris et en signe également la dramaturgie. En septembre 2006, il met en scène Huis Clos de Jean-Paul Sartre sur la scène du théâtre Nô le Tessenkaï à Tokyo et en 2007, Sur la grand-route d’Anton Tchekhov au Studio-Théâtre de La Comédie-Française. En mars 2008, au TOP de Boulogne-Billancourt, il crée Les garçons et Guillaume, à table !.

Au cinéma, il joue dans Jet Set de Fabien Oteniente, Fanfan la Tulipe de Gérard Kranczyk, Tu vas rire, mais je te quitte, de Philippe Harel, Narco de Tristan Aurouet et Gilles Lellouche, La Jungle de Matthieu Delaporte, Marie–Antoinette de Sofia Coppola, Fauteuils d’orchestre de Danièle Thompson, Mon Colonel de Laurent Herbiet, Le Candidat de Niels Arestrup, Musée-haut, musée-bas de Jean-Michel Ribes, Sagan de Diane Kurys et on le verra bientôt à l’affiche du film L’Italien d’Olivier Baroux et Ensemble, nous allons vivre une très grande histoire d’amour de Pascal Thomas.

À la télévision, il joue dans Maigret et la Princesse de Laurent Heynemann, La Beste du Gévaudan de Patrick Volson, Les Frangines de Laurence Katrian, Max Jacob de Gabriel Aghion, Sacha et le cinéma, un amour masqué de Serge Le Perron, Elles et moi de Bernard Stora, et Adieu De Gaulle, Adieu de Laurent Herbiet.

Depuis septembre 2008, il écrit et interprète Les Bonus de Guillaume pour Le Grand Journal sur Canal + (DVD/Studio Canal - octobre 2009). Depuis septembre 2009, il présente, sur France Inter, Ça peut pas faire de mal, une émission consacrée à la lecture tous les samedis de 18h10 à 19h.

Pour le spectacle Les garçons et Guillaume, à table !, Guillaume Gallienne a reçu le Molière 2010 de la Révélation théâtrale masculine.

Claude Mathieu – mise en scène

474ème sociétaire de la Comédie-Française, Claude Mathieu est la marraine de théâtre de Guillaume Gallienne. Elle se forme au conservatoire de Rouen et intègre le Conservatoire national supérieur d’art dramatique où elle a pour professeurs Marcel Bluwal et Antoine Vitez. Elle joue dans : La Boutique de J. Worms mis en scène par Philippe Strubelle, Jacques le Fataliste de Denis Diderot mis en scène par Alain Bezu, La Fausse Suivante de Marivaux mis en scène par B. Bonvoisin, Dom Juan revient de guerre de O. von Horvath mis en scène par Marcel Bluwal, La Double Inconstance de Marivaux mis en scène par Jacques Rosner, Fugue en mineur(e) de Pierre Léaud mis en scène par Pierre Romans, Du côté des Iles de Pierre Laville mis en scène par Jacques Rosner...

Elle entre à la Comédie-Française le 1er septembre 1979 et est nommée Sociétaire le 1er janvier 1985. Elle incarne le rôle d’Elvire dans Le Cid de Corneille mis en scène par Brigitte Jaques-Wajeman, Orsola dans Il campiello de Carlo Goldoni mis en scène par Jacques Lassalle, Olga dans Place des Héros de Thomas Bernhard mis en scène par Arthur Nauzyciel, la Femme dans Le Privilège des chemins de Fernando Pessoa mis en scène par Eric Génovèse, Anne Jarvis dans Arcadia de Tom Stoppard mis en scène par Philippe Adrien, Anne dans Quatre quatuors pour un Week-end de et mis en scène par Gao Xingjian, Andromaque dans Andromaque mis en scène par Daniel Mesguich...

Pour la saison 2009-2010, elle joue dans Les affaires sont les affaires d’Octave Mirbeau, mise en scène de Marc Paquien ainsi que dans la reprise de La Grande Magie d’Eduardo de Filippo, mise en scène de Dan Jemmett. Elle travaille également sous la direction de Jean-Pierre Roussillon, Antoine Vitez, Jean-Luc Boutté, Lluis Pasqual, Patrice Kerbrat, Daniel Benoin, Alain Françon…

En 2006, Claude Mathieu met en scène Saint François le Divin Jongleur de Dario Fo avec Guillaume Gallienne, et en décembre 2009 elle signe la mise en scène du spectacle d’Agathe de la Boulaye Le Monde selon Bulle.

- Les garçons et Guillaume, à table !
- Spectacle de et avec Guillaume Gallienne de la Comédie-Française
- Mise en scène : Claude Mathieu de la Comédie-Française
- Costumes : Olivier Bériot
- Lumières : Dominique Bruguière

Publication

Le texte Les garçons et Guillaume, à table ! de Guillaume Gallienne est publié aux Éditions Les Solitaires Intempestifs.


- Les garçons et Guillaume à table !
- reprise du spectacle du jeudi 24 juin au samedi 17 juillet 2010
- horaires des représentations : les mardis 29 juin et 6 juillet à 19h ; les 24, 26 juin et 1, 2, 3, 7, 8, 10, 15 et 17 juillet à 20h ; le 14 juillet à 15h : représentation gratuite (aucune réservation, billets à retirer sur place uniquement, une heure avant la représentation dans la limite des places disponibles)
- location : 01 53 05 19 19 – www.athenee-theatre.com
- plein tarif : de 30€ à 13€ / tarif réduit : de 24€ à 11€ /Jour J place aux jeunes ! ** : de 15€ à 6,50€ **moins de 30 ans et demandeurs d’emploi, le jour même, sur place uniquement et une heure avant le début de la représentation, 50% de réduction sur le plein tarif sur présentation du justificatif et dans la limite des places disponibles

- Athénée théâtre Louis-Jouvet - Square de l’Opéra Louis-Jouvet – 7 rue Boudreau – 75009 Paris
- - Site : www.athenee-theatre.com
- M° Opéra, Havre-Caumartin, RER A Auber

- Le bar de l’Athénée : Un bar avec une restauration légère est ouvert une heure avant et après chaque représentation.


Lire également :
- Guillaume Gallienne - Acteur Comédie Française
- Ensemble, nous allons vivre une très, très grande histoire d’amour... Nicole Salez 6680
- Entretien avec Pascal Thomas

Théâtre

Les derniers articles > Tous les articles
Toute l'actualité de Toutpourlesfemmes.com
en temps réel et gratuitement