Toutpourlesfemmes.com
Accueil du site > Culture > Livres > La chimie de l’amour

Livres

La chimie de l’amour

par Nicole Salez, mardi 28 avril 2009

Saviez-vous que, dans leur quête de l’ovule, les spermatozoïdes sont guidés par une senteur de muguet ? C’est ce qu’explique entre autres "La chimie de l’amour, quand les sentiments ont une odeur", paru le 23 avril 2009 aux Editions CNRS. Un livre basé sur des constatations scientifiques qui ne manque pas d’humour.
impression Envoyer l'article à un ami title=

L’homme est un animal olfactif. Les odeurs mènent sa raison et sa psychologie. Elles sont à la source de ses émotions, de ses sentiments, de ses relations. La vie humaine est une alchimie de parfums. Voici, clair, lisible, profond, sérieux et humoristique, le livre attendu, à la croisée de la biologie cellulaire, de l’anthropologie fondamentale, et de l’enquête historique qui explique la grande révolution scientifique en cours sur le coeur et le cerveau. Et qui permettra à chacun une relecture des comportements, des cultures, et des mentalités. Un livre qui est déjà un succès international et qui fleure bon l’intelligence partagée.

Les auteurs

Hanns Hatt, né en 1947, a étudié la zoologie et la médecine. Il enseigne à l’université de Bochum et compte parmi les chercheurs les plus réputés mondialement sur l’odorat. Avec son équipe, il a, entre autres, découvert qu’une odeur de muguet attirait les spermatozoïdes vers l’ovule. Regine Dee, sociologue et angliciste, écrit pour différents magasines scientifiques

Extraits choisis

L’odorat : clé de la séduction et de l’excitation

Dans cette étude, 52 participants ont reniflé deux chemises de nuit de femmes : l’une portée par une femme pendant sa période d’ovulation, l’autre par une femme à un autre moment de son cycle. Résultat : 90% des hommes trouvaient l’odeur des femmes très séduisante, voire pour beaucoup particulièrement envoûtante, pendant leur ovulation. La capacité des hommes à repérer ces différences est parfaitement compréhensible, expliquent les psychologues Singh et Bronstad, car « les chances de reproduction des hommes dépendent essentiellement de leur capacité à trouver des femmes fertiles ». Plusieurs études récentes confirment ces résultats : les hommes trouvent l’odeur des femmes moins forte et plus agréable pendant leurs règles. Les scientifiques pensent que pendant ces quelques jours, certaines substances odorantes supplémentaires sont produites et viennent enrichir l’odeur corporelle. La composition de la copuline, présente dans les sécrétions vaginales, change également. Chapitre IV Dans : Les hormones bourreaux des coeurs.

La pilule, ennemie du couple ?

La pilule, symbole de la libération sexuelle, se trouve être une terrible source d’erreur dans les relations amoureuses. Non seulement, elle trompe le nez des hommes en modifiant la composition de la copuline féminine, mais elle perturbe également la perception olfactive des femmes. Ainsi que nous l’avons vu, les femmes sont particulièrement attirées par l’odeur des hommes possédant un système immunitaire très différent du leur. A partir du moment ou elles sont sous pilule, les femmes tendent en majorité à se "tromper", et préfèrent l’odeur d’hommes plus proches de la leur et possédant donc un système immunitaire similaire au leur. En augmentant de façon permanente le taux d’oestrogènes des femmes, la pilule simule une grossesse aux yeux de l’organisme. "L’erreur" des femmes sous pilule devient donc compréhensible si l’on se place du point de vue de la nature : les femmes enceintes n’ont plus besoin d’amants passionnés, ces derniers ayant déjà accompli leur devoir biologique. Elles s’intéressent donc à présent à des hommes dont l’odeur leur ressemble et qui resteront auprès d’elles pour les aider à s’occuper des enfants après leur naissance. Ce n’est un secret pour personne, il est difficile de faire durer une relation ou un mariage et le nombre de séparations et de célibataires atteint aujourd’hui des sommets. Serait-ce la faute de la pilule ? Les scientifiques restent prudents : pour eux, de plus en plus de femmes font la connaissance de leur futur mari alors qu’elles sont sous l’influence de la pilule. Elles choisissent donc des partenaires pour l’éducation de leurs enfants, leur corps croyant la phase de procréation déjà terminée. Elles jettent donc leur dévolu sur des hommes possédant des gènes CMH proches des leurs et quand le couple décide de vraiment avoir des enfants et que la femme arrête la pilule, elle se rend subitement compte qu’elle « ne peut pas sentir » l’homme dont elle partage la vie. Peut-être faudrait-il songer à écrire sur les boîtes de pilules un avertissement tel que "l’arrêt de ce produit peut provoquer une déstabilisation au sein du couple". Chapitre IV Dans : Les hormones bourreaux des coeurs.


- La chimie de l’amour, Quand les sentiments ont une odeur
- Auteur : Hatt Hans, Dee Regine
- Préface de Gilles Boëtsch, directeur de recherche au CNRS
- traduit de l’allemand par LEE Caroline
- Editions CNRS
- Format : 14 x 22
- 280 pages dont cahier photo de 8 pages
- Date de parution : 23/04/2009 - 20.00 €

Livres

Les derniers articles > Tous les articles
Toute l'actualité de Toutpourlesfemmes.com
en temps réel et gratuitement