Toutpourlesfemmes.com
Accueil du site > Culture > Dossiers > Le Caravage : La madone des pèlerins, Eglise Saint Augustin, Rome - (...)

Dossiers

Les déambulations de Gilles Fallot

Le Caravage : La madone des pèlerins, Eglise Saint Augustin, Rome - 5

L’intelligence de l’humilitĂ©

par Christine Nathan, mercredi 13 août 2008

Le Caravage a pris Lena, sa maĂ®tresse, comme modèle de la Madone, une Madone tout en mouvement. Les pèlerins ont l’intelligence de s’agenouiller, de devenir humbles pour avoir la force ensuite de revendiquer comme personnelles des valeurs universelles. Le tableau est visible Ă  l’Eglise Saint Augustin de Rome.
impression Envoyer l'article ŕ un ami title=

Gallery of Arts
Gallery of Arts

Au premier plan, les pieds sales du pèlerin - animus, couleur de terre - avertissent que l’on se trouve devant le rĂ©alisme, c’est-Ă -dire la prospĂ©ritĂ© matĂ©rielle, l’abondance des biens terrestres, que l’on surmonte les difficultĂ©s sociales. Le pèlerin n’est point un pauvre hère, bien au contraire. Il a les pieds sur terre.

Il est impĂ©ratif d’avoir quelques connaissances du fonctionnement de la sociĂ©tĂ© avant de prĂ©tendre s’en dĂ©tacher, avant de lever le pied. Le couple animus – anima a la responsabilitĂ© de son interprĂ©tation du monde. C’est un devoir rĂ©galien.

Le bâton est le symbole de l’autoritĂ©. Le dĂ©tenteur du bâton, c’est le Souverain. Ici, il y a deux bâtons, deux forces. La rĂ©sultante de ces deux forces, c’est la poussĂ©e vers le haut. Les bâtons sont tronquĂ©s par le corps des pèlerins et peuvent se voir comme trois morceaux qu’il est nĂ©cessaire de rĂ©unir en entreprenant un nouveau voyage.

Les pèlerins ont l’intelligence de s’agenouiller, de devenir humbles pour avoir la force ensuite de revendiquer comme personnelles des valeurs universelles. L’humilitĂ© est un va et vient entre ce que nous croyons savoir et ce que nous voulons connaĂ®tre ; c’est une consultation. Les pèlerins animus – anima sont-ils un Roi mage, celui dont on oublie souvent le nom ?

Ce fut la maĂ®tresse du Caravage, Lena, qui posa pour ce tableau. La Madone est en mouvement. J’avance l’hypothèse qu’il la peignit telle une cariatide dansante afin d’exprimer la profondeur et la rapiditĂ© de l’intelligence de LĂ©na et de la Madone. La rĂ©flexion dĂ©voile une autre pensĂ©e et chacune est une porte, un nouveau seuil de l’intelligence. Elle se manifeste après avoir franchi le seuil de l’humilitĂ©.

L’expĂ©rience est un mixte d’excitation et de peur, et l’on passe le seuil avec dĂ©fĂ©rence. La Madone reprĂ©sente les ressources qui permettent Ă  l’âme de s’exprimer. En fait partie la capacitĂ© de changer de peau, de renaĂ®tre, comme le serpent - caducĂ©e.

La Madone tient l’enfant dans le cercle de ses bras, les fines aurĂ©oles sont rondes. Le cercle reprĂ©sente la renaissance.

Les pieds sales et l’air misĂ©rable des pèlerins furent jugĂ©s inconvenants Ă  l’Ă©poque du Caravage. L’humilitĂ© est souvent prĂŞchĂ©e, rarement rĂ©alisĂ©e. Il faut ĂŞtre extrĂŞmement intelligent pour devenir humble.

Lire Ă©galement :

 Les dĂ©ambulations artistiques de Gilles Fallot

 Velasquez : portrait du pape Innocent X, Galerie Doria Pamphili, Rome – 10

 Le Caravage : Le repos pendant la fuite en Egypte, MusĂ©e Doria Pamphili, Rome – 1

 Le Caravage : Saint Matthieu et l’ange, Eglise Saint-Louis des Français, Rome – 2

 Le Caravage : Le martyre de Saint Matthieu, Eglise Saint-Louis des Français, Rome – 6

 Le Caravage : La crucifixion de Saint Pierre, Eglise Sainte Marie du Peuple, Rome – 4

 Le Caravage : L’amour victorieux, Staatliche Museen, Berlin – 7

 Le Caravage : Bacchus, Galerie des Offices, Florence – 3

 LĂ©onard de Vinci : Saint Jean-Baptiste

 Fra Galgario : Le Gentilhomme au tricorne - MusĂ©e Poldi Pezzoli, Milan

 Salon Nautique International Ă  La Rochelle

Le peintre : Michel Angelo Merisi da Caravaggio, dit Le Caravage, est nĂ© Ă  Milan, en 1571, dans la maison du Marquis de Caravaggio, dont son père Ă©tait l’intendant. La famille a rapidement Ă©migrĂ© Ă  Caravaggio, fief du Marquis. Le peintre est mort Ă  Porto Ercole en 1610, Ă  l’âge de 39 ans.

Dossiers

Les derniers articles > Tous les articles
Toute l'actualité de Toutpourlesfemmes.com
en temps rĂ©el et gratuitement