Toutpourlesfemmes.com
Accueil du site > Culture > Expositions > Lydia D - muse et modèle de Matisse

Expositions

Lydia D - muse et modèle de Matisse

par Nicole Salez, mardi 16 mars 2010

Cette exposition organisée par le musée départemental Matisse au Cateau-Cambrésis et le musée Matisse de Nice est dédiée à une femme d’exception : Lydia Delectorskaya. Elle fut le modèle, l’aide d’atelier et la secrétaire de Matisse pendant les vingt dernières années de la vie du peintre.
impression Envoyer l'article à un ami title=

Henri Matisse, La Blouse verte, 21 mars 1936 - Huile sur toile, 81 x 65 cm - Statens Museum for kunst, Copenhague - Copyright : Succession H. Matisse

En octobre 1932 dans l’atelier d’Henri Matisse apparut une assistante – une jeune femme russe Lydia Nikolaevna Delectorskaya. Quelques années plus tard la blonde sibérienne devint son modèle, sa secrétaire et une amie proche, restant à côté de l’artiste jusqu’à la fin de ses jours en 1954. « La grande inspiratrice du maître, écrira Raymond Escholier, par sa splendeur plastique, par la beauté et l’expression de son visage, et aussi par son intelligence et son esprit, demeure Lydia Delectorskaya. »

Dessins et peintures

L’exposition qui se tient jusqu’au 30 mai 2010 au musée départemental Matisse au Cateau-Cambrésis, puis du 18 juin au 27 septembre 2010 au musée Matisse à Nice, regroupe parmi les plus belles peintures et les plus impressionnants dessins de Matisse. La grâce, l’élégance, la prestance de Lydia, son visage pur et majestueux, sa chevelure blonde et bouclée et son corps de danseuse souple aux rythmes arabesques, tout concourt à ce qu’elle devienne le modèle que Matisse va peindre et dessiner exclusivement pendant quatre ans puis par périodes pendant les quinze années suivantes.

Au musée départemental Matisse au Cateau-Cambrésis, l’exposition regroupe 21 peintures et 120 dessins (Le musée de Nice présentera d’autres dessins). Les dessins - dessins d’étude au fusain, dessins aux traits à la plume et à l’encre de Chine ou au crayon Conté- proviennent en premier lieu des dons que Lydia Delectorskaya fit après la guerre aux deux musées russes, le musée Pouchkine de Moscou et le musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg. Elle leur donna (presque) tout ce que Matisse lui avait offert et ce qu’elle lui avait spécialement acheté. De nombreux dessins viennent aussi directement de l’atelier du peintre grâce aux prêts accordés par ses descendants, (Ils sont pour beaucoup inédits) et des collections du musée Matisse de Nice et de celui du Cateau, dont des dons de Lydia. Les peintures sont des orchestrations de couleurs, de ce modèle, souvent vêtue de robes que Matisse collectionnait, environné de fleurs et de tissus. Lydia Delectorskaya fut une inépuisable source d’inspiration pour Matisse : peintures, dessins mais aussi gravures et illustrations de livres : Les Amours de Ronsard, Les Fleurs du mal de Baudelaire.

Petits mots affectueux et taquins

L’exposition donne aussi un aperçu inédit de l’atelier de Matisse et de la vie quotidienne à la villa Le Rêve à Vence où Matisse s’est réfugié pendant la guerre. Le musée Pouchkine conserve des documents particulièrement émouvants qui sont les petits mots affectueux et souvent taquins que Matisse enluminait et adressait à Lydia. "La bonne Lydia se donne pour tous. Elle n’oublie qu’elle, daté à la plume du 9 mai 48, Fin décembre 1948 : "Quand Lydia Delectorskaya s’approche, je suis guéri. Quand Lydia Delectorskaya s’éloigne, je suis alangui" [sic !] "Bonté divine serait-ce ce qu’on appelle le « Charme Slave » qui agit ? C’est tout simplement parce qu’elle est bonne… Mais qu’é caractère !" [vers le 31 décembre 1948] illustré d’une fleur : "Tous ceux qui aiment Made Lydia Delectorskaya lui souhaitent Bonheur et Joie pour 1949." Le 5 juillet 1949 : " Made Lydia est un ange un vrai j’en suis certain. Quelquefois." H.M, 5/7/49

Rolando Ricci, Lydia Delectorskaya - Fonds Lydia Delectorskaya, Musée départemental Matisse, Le Cateau-Cambrésis

Lydia Delectorskaya

Fille unique de médecin, Lydia Delectorskaya est née à Tomsk (Russie) le 23 juin 1910. Orpheline à l’âge de 12 ans elle part vivre chez sa tante en Mandchourie. Elle émigre en France et s’installe à Nice en 1928. Le hasard aidant, en 1932, elle trouve du travail auprès d’Henri Matisse qui travaille alors à l’immense panneau de La Danse pour le Dr Barnes. Aide d’atelier puis garde malade et dame de compagnie de Madame Matisse, peu à peu elle pose pour Matisse qui en fait son modèle privilégié et crée une exceptionnelle relation triangulaire peintre, modèle, tableau. Lydia D. pose pour environ 90 tableaux et des centaines de dessins entre 1934 et 1939. On sait que les séances se sont multipliées grâce aux photos des états successifs. Ayant été amenée de Russie comme jeune orpheline, Lydia garda durant toute sa vie un amour profond pour sa patrie. Dès qu’elle en eut la possibilité, elle retourna régulièrement dans son pays, aida les écrivains, artistes, chercheurs et conservateurs des musées russes et offrit aux musées de Moscou et de Saint Petersburg les oeuvres de Matisse que le peintre lui avait données ou qu’elle lui avait achetées et compléta leurs collections, notamment par des documents d’archives et des livres. Elle oeuvra ensuite pour aider à la connaissance de l’artiste en écrivant deux livres importants sur les années 1935 à 1941. Le premier – ...l’apparente facilité... « Henri Matisse. Peintures de 1935-1939 ». Adrien Maeght Editeur. Paris. 1986. Le second livre –Lydia Delectorskaya. Henri Matisse. Contre vents et marées. Peintures et livres illustrés de 1939 à 1943. Editions Hansma, Paris, 1996.

- Commissaires de l’exposition : Wanda de Guébriant, Directrice des Archives Matisse, Dominique Szymusiak, Conservatrice en Chef du Musée départemental Matisse, Le Cateau-Cambrésis, Marie-Thérèse Pulvenis de Séligny, Conservatrice en Chef du Musée Matisse, Nice

- Catalogue

224 p, environ, 200 illustrations - édition Réunion des musées nationaux (RMN)

Textes de : Marie-Thérèse Pulvenis de Séligny, Dominique Szymusiak, Wanda de Guébriant, Isabelle Monod-Fontaine, John Klein

Du musée Pouchkine, Moscou : Irina Antonova, Vitaly Mishin, E. B Gueorguievskaya,

Du musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg : A. G. Kostenevitch, L. A Doukelskaya,

Témoignages : Irène Hansma, A. Lyapine, Soeur Jacques- Marie, Monette Vincent, Annelies Nelk, Jacqueline Duhême, Paule Caen


- Lydia D., « muse et modèle de Matisse »

- Du 28 février au 30 mai 2010 au musée départemental Matisse, Le Cateau-Cambrésis Palais Fénelon, Place Commandant Richez 59360 Le Cateau-Cambrésis, France - T. +33 (0)3-27-84-64-50 / F. +33 (0)3-27-84-64-54


Du 18 juin au 27 septembre 2010 au musée Matisse, Nice 164, avenue des Arènes de Cimiez - 06000 Nice - T. +33 (0)4-93-53-40-53 / F. +33 (0)4-93-53-00-22


- Exposition organisée dans le cadre de l’année France - Russie 2010
- Coproduction Musée départemental Matisse, Le Cateau-Cambrésis et Musée Matisse, Nice


Lire également : Lydia Delectorskaya, modèle de Matisse

Expositions

Les derniers articles > Tous les articles
Toute l'actualité de Toutpourlesfemmes.com
en temps réel et gratuitement