Toutpourlesfemmes.com
Accueil du site > Culture > Expositions > Maximilien Luce

Expositions

Au musée de l’Annonciade, Saint-Tropez, jusqu’au 13 octobre 2008

Maximilien Luce

Maximilien Luce (1858 - 1941), un peintre divisionniste et anarchiste

par Nicole Salez, vendredi 26 septembre 2008

Curieuse vie que celle de Maximilien Luce, anarchiste mais aussi peintre réputé appartenant au mouvement divisionniste. Un hommage lui est rendu au musée de l’Annonciade à Saint-Tropez, jusqu’au 13 octobre.
impression Envoyer l'article à un ami title=


- Naissance de Maximilien Luce le 13 Mars 1858 à Paris
- 1870-1871 Il assiste au siège de Paris et aux horreurs de la répression des « Versaillais » contre la Commune.
- 1872-1876 Il apprend le métier de graveur sur bois chez Hildebrand. En même temps il suit les cours du soir de l’Ecole de dessin de la rue de Vaugirard, ceux dispensés aux ouvriers des Gobelins. Il fréquente l’Académie Suisse et parvient à intégrer l’atelier de Carolus-Duran. Il devient ouvrier graveur chez Eugène Froment où il rencontre Léo Causson et Cavallo-Peduzzi. Avec eux, il ira souvent peindre à Lagnysur- Marne.
- 1877 Voyage à Londres. Premier tableau daté, La mère de l’artiste dans le jardin à Montrouge.
- 1884 En Mai, premier Salon des Artistes Indépendants. Seurat y expose Une Baignade. En juin, création de la Société des Artistes Indépendants dont le premier Salon aura lieu en décembre.
- 1886 Seurat y présente Dimanche à la Grande Jatte, qui sera également exposée au deuxième Salon des Artistes Indépendants. Gausson et Cavallo-Peduzzi exposent et tiennent Luce informé des nouvelles techniques de la peinture optique, à laquelle il travaille déjà depuis plus d’un an.

Quai à Camaret, 1894 - Huile sur toile 89 x 116.8 cm - Museum of Fine Arts, Springfield
Quai à Camaret, 1894 - Huile sur toile 89 x 116.8 cm - Museum of Fine Arts, Springfield

- 1887 Participe au troisième Salon des Indépendants, où il présente sept oeuvres divisionnistes .La critique est élogieuse et Signac lui achète La toilette. Désormais, il exposera chaque année au salon. Premier portrait néo-impressionniste : Femme et enfant devant une fenêtre.
- 1888 En juillet première exposition personnelle à La Revue Indépendante (10 toiles).
- 1889 Maximilien Luce dessine la couverture de l’hebdomadaire Le Père peinard, fondé par Eugène Pouget. Il aidera tout au long de sa carrière les revues anarchistes et socialistes. 13 février-13 mars : Sixième Exposition des XX à Bruxelles (6 oeuvres). Il y rencontre Théo Van Rysselberghe. Séjour chez Pissarro à Eragny puis à Herblay en compagnie de Signac.
- 1891 Décès de Georges Seurat le 31 mars. Luce, Signac et Fénéon font à la demande de la mère du peintre, l’inventaire de son atelier. Décembre : Première exposition des Peintres Impressionnistes et Symbollistes chez « Le Barc de Boutteville », qui confronte toutes les tendances de l’époque. Luce participe à la première et à trois autres éditions.
- 1892 En février, Luce est invité pour la seconde fois à la neuvième Exposition des XX au Musée moderne de Bruxelles. Voyage à Londres avec Camille Pissarro, puis Luce retrouve Signac à Saint-Tropez où il se rendra plusieurs fois A la fin de l’année, Exposition des Peintres Néo-Impressionnistes, c’est la première du groupe en tant que mouvement uni, autour d’oeuvres de Georges Seurat.
- 1893 Il fait la connaissance d’Ambroisine Bouin, qui sera sa compagne, puis son épouse. Luce passe l’été à Camaret, en Bretagne.
- 1894 Naissance de son fils Frédéric. Après l’assassinat du président Sadi Carnot, Luce est arrêté et acquitté après le Procès des Trente. Novembre : exposition Tableaux de Maximilien Luce et Aquarelles de Paul Signac à la Galerie Moline. Maximilien Luce publie Mazas, album de 10 lithographies sur la vie de prisonnier politique, accompagné d’un texte de Jules Vallès.
- 1895 Luce est invité à la deuxième exposition de La Libre Esthétique à Bruxelles. Décès de son fils Frédéric, le 2 septembre. Séjour à Charleroi avec Théo Van Rysselberghe.
- 1896 Naissance de son second fils Frédéric en juillet. Séjour à Charleroi et Bruxelles, il découvre le Pays Noir et la Vallée de la Sambre
- 1899 Luce publie une série de dessins illustrant la vie des mineurs, Les Gueules noires . 10-31 mars : exposition de toutes les tendances nouvelles chez Durand- Ruel, Luce y participe. 16 octobre-1er novembre : exposition personnelle à la Galerie Durand-Ruel qui aura un grand retentissement et recevra de très bonnes critiques. Publication de l’ouvrage de Paul Signac, D’Eugène Delacroix au Néo- Impressionnisme par La Revue Blanche .
- 1900- 1904 Maximilien Luce passe les étés à peindre à Méréville, puis à Moulineux, près d’Etampes.
- 1902 Exposition à la Galerie Vollard. A cette époque, il peint de nombreux portrais : Signac, Fénéon.
- 1904 25 février-29 mars : exposition des Peintres Impressionnistes à la Libre Esthétique à Bruxelles. Le thème de l’exposition est l’art impressionniste. 8-26 mars : exposition de 200 dessins à la Galerie Druet. Félix Fénéon préface le catalogue.
- 1905 Expose à la 21e exposition de la Société des Artistes Indépendants, Une rue de Paris en Mai 1871 (souvenir de la Commune).
- 1906 Vacances d’été dans la vallée de la Cure ainsi qu’en 1907 et 1908. 23 avril-12 mai : Exposition à la Galerie Druet.
- 1907 15 au 28 février, exposition personnelle chez Bernheim-Jeune. De mai à Juillet, il visite la Hollande et Rotterdam avec Van Dongen.
- 1909 19 avril – 1er mai : Exposition chez Bernheim-Jeune : oeuvres peintes en Hollande.
- 1912 15- 24 janvier : exposition chez Bernheim-Jeune : scènes de la vie parisienne.
- 1914 Février, exposition sur les travailleurs à la Galerie Choiseul. 18 avril-8 mai : exposition de groupe à Düsseldorf. Vacances d’été en Bretagne. 1915-1916 Luce peint les gares parisiennes et de nombreux tableaux où il traite de la guerre. Du 23 octobre au 11 novembre 1916, exposition personnelle Les Gares de Paris pendant la guerre chez Bernheim-Jeune.
- 1917 Se rend pour la première fois à Rolleboise près de Mantes, Désormais, Luce partage son temps entre Rolleboise et Paris.
- 1918 Novembre : à la Galerie du Luxembourg, exposition permanente des néo-impressionnistes, avec Luce.
- 1920 Exposition à la Galerie Marseille : ce marchand exposera souvent les oeuvres de Luce.
- 1926 20 février-21 mars : exposition Trente ans d’art indépendant au Grand Palais, rétrospective 1884-1914 de la Société des Artistes indépendants où Luce présente une vue d’ensemble de son oeuvre. Mars : exposition personnelle chez Druet.
- 1928 Les éditions G. Crès font paraître la première biographie de Luce, par Adolphe Tarabant. Séjour à Honfleur.
- 1929 1er- 15 juin : exposition 50 ans de peinture : Maximilien Luce à la Galerie Georges Bernheim.
- 1930 Janvier : exposition à la Galerie Dru. Séjour à Honfleur, au Tréport et à Saint-Malo.
- 1932 Exposition sur le Néoimpressionnisme à la Galerie d’art Braun, le catalogue est préfacé par Signac.
- 1933-34 Exposition Seurat et ses amis, la suite de l’impressionnisme, à la Galerie des Beaux-arts.
- 1935 Mort de Paul Signac. En août, Maximilien Luce est élu président de la Société des Artistes Indépendants.
- 1937 20 janvier-27 février : Exposition Seurat and his contemporaries, à la Galerie Wildenstein de Londres.
- 1940 Le 30 mars, il épouse Ambroisine Bouin, qui meurt en juin à Rolleboise. Retour à Paris à la fin de l’année.
- Mort de Maximilien Luce le mercredi 7 février 1941. Il sera enterré à Rolleboise.
- 1942 6 mars-6 avril : exposition posthume organisée par la Société des artistes indépendants lors de son salon annuel.


Lire aussi :

- Maximilien Luce (1858 - 1941), au musée de l’Annonciade (Saint-Tropez)

- Escapades d’automne : Saint-Tropez

- Les Voiles de Saint-Tropez, du 27 Septembre au 5 Octobre

Expositions

Les derniers articles > Tous les articles
Toute l'actualité de Toutpourlesfemmes.com
en temps réel et gratuitement