Toutpourlesfemmes.com
Accueil du site > Culture > Expositions > Miniatures et Peintures Indiennes - BnF

Expositions

Miniatures et Peintures Indiennes - BnF

par Thérence Normann, mardi 23 mars 2010

Riche de près de 2500 documents, le fonds pictural indien du dĂ©partement des Estampes et de la photographie de la BnF est le reflet des relations entre la France et l’Inde du XVIIe au dĂ©but du XIXe siècle. Les 130 pièces donnent Ă  voir un panorama de l’Inde dans sa grande diversitĂ©.
impression Envoyer l'article ŕ un ami title=

Des collections dès Louis XIV

C’est sous le règne de Louis XIV que débute l’enrichissement des collections royales en documents venant d’Asie. La Compagnie des Indes Orientales voit le jour en 1664 et avec elle son cortège de marchands, fonctionnaires et soldats qui investissent la péninsule indienne, assurant jusqu’à la moitié du XVIIIe siècle une présence importante de la France.

Le déclin de l’influence française s’amorce dans le dernier tiers du XVIIIe. C’est à cette période toutefois que l’essentiel du fonds pictural indien entre dans les collections royales avec le départ de la communauté française qui rapporte dans ses bagages objets et peintures.

De la même façon, au XIXe siècle, après la chute de Napoléon, des Français - militaires et mercenaires avides d’aventure - viennent offrir leurs services aux souverains des États indiens avant de rentrer en France devant la progression britannique, rapportant nombre de manuscrits et recueils peints. Beaucoup des oeuvres entrées dans les collections royales proviennent de collectionneurs qui se passionnèrent pour ce pays et sa civilisation.

Deux mondes esthétiques

Shah Jahan à la chasse. Murshidabad, vers 1760. BnF, département des Estampes et de la photographie

Le fonds pictural indien de la BnF reflète les deux faces d’une même culture, islamique et hindoue, deux mondes esthétiques qui ont cohabité harmonieusement. Trois ensembles de natures diverses sont représentés dans l’exposition. Il s’agit, d’une part, de précieuses miniatures des écoles mogholes ou d’écoles provinciales. Elles constituent une formidable source iconographique sur les cours impériales et princières.

Effigies des princes, de dignitaires mais aussi d’autorités religieuses, cheiks et soufis sont au coeur des représentations. La miniature moghole tardive privilégie également les sujets romanesques issus de la littérature. A la bravoure du seigneur de guerre succède ainsi le héros amoureux et malheureux.

D’autre part, un fonds quasiment inédit provient de l’Inde méridionale. Il s’agit de recueils de peintures illustrant les grands textes brahmaniques ou épiques ainsi que de suites de gouaches représentant des divinités hindoues, chacune étant identifiable par ses attributs, sa posture, ses couleurs. Véritables exercices de style, ces séries de terribles dieux avec leurs paires de bras sans nombre, aux couleurs audacieuses et au dessin synthétique, n’ont rien à envier au fauvisme.

Sharabha, aspect de Shiva. Bengale, vers 1760. BnF, département des Estampes et de la photographie

Compagny paintings

A ces deux domaines viennent s’ajouter des peintures, dites Company Paintings, exécutées à la demande de résidents européens, curieux des moeurs, métiers, castes, religions et usages des Indiens.

Ces pièces populaires de facture naïve sont l’oeuvre d’artisans locaux. Enfin, la collection comporte de grands dessins d’architecture réalisés eux aussi, pour des voyageurs européens souhaitant garder le souvenir des monuments visités.

Lire aussi : Éclairage sur les techniques de la miniature indienne

—Miniatures et peintures indiennes du 10 mars au 6 juin 2010
— BnF - Site François-Mitterrand, Quai François-Mauriac, Paris XIIIe, Galerie François 1er

Expositions

Les derniers articles > Tous les articles
Toute l'actualité de Toutpourlesfemmes.com
en temps rĂ©el et gratuitement