Toutpourlesfemmes.com
Accueil du site > Culture > Nouveau musée de la bande dessinée à Angoulême

Culture

Nouveau musée de la bande dessinée à Angoulême

Inauguration le 20 juin 2009

par Nicole Salez, vendredi 19 juin 2009

Après cinq années de travaux, le musée de la Bande dessinée à Angoulême, est inauguré le 20 juin 2009. Ce nouvel espace consacré à la BD, le plus grand d’Europe, est à la fois un lieu de conservation, un lieu de découverte, et un lieu d’accueil de tous les publics.
impression Envoyer l'article  un ami title=

Façade du nouveau musée de la bande dessinée
Façade du nouveau musée de la bande dessinée

Le nouveau musée de la Bande dessinée à Angoulême s’inscrit dans la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, un établissement public de coopération culturelle à caractère industriel et commercial (EPCC). Installé dans d’anciens chais industriels au bord de la Charente, entièrement rénovés et agrandis d’une nouvelle aire de 5 000 m², ce musée labellisé Musée de France est à la fois un lieu de mémoire, de découverte et de plaisir dédié à la BD. Lieu de mémoire où est retracée l’histoire de la bande dessinée, ses grands auteurs, ses héros éternels, sa diffusion et son succès. Lieu de découverte où sont dévoilées les différentes techniques de création de la bande dessinée. Lieu de plaisir où le visiteur peut admirer les œuvres originales des plus grands artistes de bande dessinée et parcourir les livres de BD. L’ambition du musée : exposer la BD comme un des langages majeurs de l’art, de la culture et de la vie contemporains.

Le parcours muséographique

En s’installant dans de nouveaux espaces, le musée de la bande dessinée a redéployé l’ensemble de ses collections permanentes sur une surface d’environ 1 300 m². Bénéficiant d’une scénographie sobre et élégante qui valorise les oeuvres originales, le nouveau parcours s’organise en quatre sections : la première partie, la plus importante en termes d’espace, est consacrée à l’histoire de la bande dessinée ; « l’atelier » est consacré aux différentes techniques et aux étapes de création de la bande dessinée ; « le salon » présente l’esthétique de la bande dessinée ; dans « la galerie » enfin, sont présentées des expo-dossiers ou des expositions thématiques en lien avec l’actualité. Pour assurer une bonne conservation, l’ensemble des planches et dessins originaux sont remplacés trois fois par an, permettant aux visiteurs de découvrir de nouvelles oeuvres tous les quatre mois.

L’histoire de la bande dessinée

De la première moitié du XIXème siècle à la période contemporaine, les grands moments de l’histoire de la bande dessinée sont présentés dans une approche à la fois synchronique et diachronique puisqu’elle prend en compte les trois grandes aires de production. L’Europe, et particulièrement la tradition francobelge, de Töpffer à Astérix, en passant par Bécassine, Zig et Puce, Tintin, Corto Maltese…Les Etats-Unis, la riche tradition nordaméricaine des bandes dessinées quotidiennes (de Mutt & Jeff aux Peanuts), les superhéros et les antihéros underground des comic books. Le Japon. Découvert par l’occident dans les années 90, le manga est d’ancienne tradition. Profondément renouvelée en 1945 par Osamu Tezuka, la bande dessinée japonaise est, en titres publiés comme en nombre de lecteurs, la première du monde.

Ce parcours historique est divisé en quatre grandes séquences chronologiques : Les prémices (1833-1920), Un âge d’or ? (1920-1955), Vers une bande dessinée adulte (1955-1980), De la bande dessinée d’auteurs à l’invasion des mangas (depuis 1980) Pour chacune de ces grandes traditions sont mis en exergue les grands héros, les auteurs marquants et les spécificités des supports : revues hebdomadaires et albums cartonnés pour la France et la Belgique, newspaper strip et comic book pour l’Amérique du Nord, revues de petit format épaisses comme des annuaires pour l’Asie. Mais ce parcours met également en lumière la bande dessinée comme un témoin de son temps, un reflet des évolutions des moeurs et des usages. Cette découverte passe autant par les dessins originaux (une centaine) que par des oeuvres imprimées de toutes les époques (plus de 200), depuis les plus anciens et les plus rares (éditions originales d’oeuvres de Töpffer, Cham, Winsor McCay), jusqu’aux plus récents, significatifs du champ de l’édition contemporaine.

L’atelier

Comment on crée une bande dessinée : les différentes étapes de la réalisation d’une bande dessinée, illustrées par des documents originaux provenant des collections du musée. L’art de raconter une histoire dessinée, scénario, esquisses préparatoires, recherches graphiques de personnages, de décors, des costumes, photos, repérages, story-boards. La progression de la narration à travers les étapes artistiques et leurs contraintes techniques : crayonné, encrage, mise en couleur, création directe sur ordinateur… Tous ces aspects de la création seront exposés à travers une quarantaine d’oeuvres et documents originaux de toutes les époques.

Le salon

Présentation « en majesté » des plus belles pièces de la collection du musée. Dans un cadre privilégié, le visiteur découvrira ici les planches originales pour leur valeur esthétique, leurs qualités graphiques mais également narratives : ce que les éléments techniques révèlent des partis-pris narratifs de son (ses) auteurs(s) ; en quoi elle est exemplaire d’un style, d’un univers, d’une époque… Ce sont ainsi 26 planches originales parmi les plus remarquables de la collection qui seront présentées, et renouvelées à chaque rotation.

La galerie

Une salle d’exposition dédiée aux auteurs récents, aux groupes et écoles en France et à l’étranger. On y explore les rapports entre la bande dessinée et les expressions artistiques contemporaines. C’est également l’occasion de s’arrêter sur un auteur, un mouvement, une revue qui ont particulièrement marqué leur époque. L’exposition dans la galerie sera renouvelée tous les quatre mois, à l’occasion des rotations de planches des collections permanentes, pour accueillir une présentation différente.

Et aussi…les alcôves

Chacune des quatre sections du musée est agrémentée d’espaces de lecture, où une sélection d’albums illustrant les oeuvres en vitrine est à la disposition du visiteur, pour quelques instants ou de longues heures de lecture. Ajoutons que le parcours historique est agrémenté d’une douzaine de séquences audiovisuelles venant illustrer le contenu des vitrines.

Culture

Les derniers articles > Tous les articles
Toute l'actualité de Toutpourlesfemmes.com
en temps réel et gratuitement