Toutpourlesfemmes.com
Accueil du site > Culture > Wajdi Mouawad au Festival d’Avignon

Culture

Wajdi Mouawad au Festival d’Avignon

par Nicole Salez, lundi 29 juin 2009

Wajdi Mouawad, dramaturge et metteur en scène canadien d’origine libanaise, est l’artiste associĂ© du 63ème Festival d’Avignon qui a lieu du 7 au 29 juillet 2009. PrĂ©sentation.
impression Envoyer l'article ŕ un ami title=

Wajdi Mouawad/ Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon ©
Wajdi Mouawad/ Christophe Raynaud de Lage / Festival d’Avignon ©

Wajdi Mouawad

Wajdi Mouawad a vingt ans lorsqu’il Ă©crit sa première pièce, Willy Protagoras enfermĂ© dans les toilettes. Vingt ans, mais dĂ©jĂ  une vie traversĂ©e de tragĂ©dies, de dĂ©placements et d’exils successifs. La guerre civile libanaise qui lui fait quitter sa terre natale pour la France Ă  l’âge de dix ans ; l’exil Ă  rĂ©pĂ©tition, puisque l’Hexagone lui refuse l’obtention de papiers, après cinq annĂ©es de vie Ă  Paris, et qu’il doit Ă  nouveau s’expatrier, cette fois pour le Canada.

C’est donc au QuĂ©bec qu’il poursuit ses Ă©tudes et obtient le diplĂ´me de l’École nationale de Théâtre de MontrĂ©al. De cette enfance Ă©cartelĂ©e et, dit-il, « inconsolĂ©e  », de cette adolescence marquĂ©e par la mort d’une mère encore jeune, l’oubli d’une langue maternelle abandonnĂ©e et l’acquisition d’une autre forcĂ©ment Ă©trangère, de tout cela et de bien d’autres choses encore, il fait la matière de ses Ă©crits. Sensible Ă  tout ce qui l’entoure, en alerte permanente, influencĂ© par le cinĂ©ma, la littĂ©rature comme la peinture, il crĂ©e une oeuvre faite d’histoires fortement Ă©motionnelles. Des histoires qui tentent de rendre visible l’invisible, qui mĂŞlent inextricablement l’intime, le privĂ©, le social et le psychique pour dire cette douleur qui unit tous les hommes, cette souffrance qui rĂ©side au coeur mĂŞme du théâtre, celui que les Grecs ont inventĂ© et que Wajdi Mouawad semble perpĂ©tuer.

À la confluence d’un Orient où les contes et les récits sont le quotidien de la culture collective et d’un Occident méditerranéen où les légendes sont devenues des mythes vivants et effectifs, il dévore et réinvente ces influences. Il imagine des synopsis qu’il offre à ses acteurs, écrivant les dialogues pendant les répétitions, tenant compte des propositions de tous ceux qui travaillent avec lui. Ses narrations, brûlantes, sont ainsi portées par des comédiens investis, capables de libérer toute la poésie contenue dans ces mots choisis avec minutie, porteurs d’une envoûtante folie, éléments savamment agencés d’une langue métissée.

Confrontation à ses grands aînées

Mais c’est aussi en se confrontant, comme metteur en scène, à ses grands aînés que Wajdi Mouawad chemine dans son parcours d’homme de théâtre. Shakespeare (Macbeth), Cervantès (Don Quichotte), Sophocle (Les Troyennes), Wedekind (Lulu le chant souterrain), Pirandello (Six Personnages en quête d’auteur), Tchekhov (Les Trois Soeurs), mais aussi quelques- uns de ses contemporains, Louise Bombardier (Ma Mère chien), Ahmed Ghazali (Le Mouton et la Baleine), Irvine Welsh (Trainspotting) et Edna Mazia (Tu ne violeras pas), ont été interprétés, sous sa direction, par les compagnies qu’il a dirigées au Québec (Théâtre Ô Parleur puis Théâtre de Quat’sous), avant qu’il ne mette sur pied une collaboration originale entre sa nouvelle compagnie québécoise, Abé Carré Cé Carré, et sa compagnie française, Au Carré de l’Hypoténuse.

PrĂ©fĂ©rant Ă  la notion de metteur en scène celle de « metteur en esprit », il rĂ©alise avec tous ses collaborateurs un travail dont le but affichĂ© est de « contaminer le spectateur ». En 2008, il succède Ă  Denis Marleau Ă  la tĂŞte du Théâtre français du Centre national des Arts d’Ottawa et donne le titre « Nous sommes en guerre » Ă  son premier Ă©ditorial en tant que directeur, et « Nous sommes en manque » Ă  celui de la saison prochaine. Après y avoir prĂ©sentĂ© Littoral en 1999 puis Seuls en 2008, il revient au Festival d’Avignon en tant qu’artiste associĂ© pour faire entendre le quatuor Le Sang des promesses, dont les trois premières parties (Littoral, Incendies et ForĂŞts) seront donnĂ©es en une mĂŞme nuit dans la Cour d’honneur du Palais des papes, et la quatrième, Ciels, sa nouvelle crĂ©ation, Ă  Châteaublanc- Parc des expositions dans la seconde partie du Festival.

- Lire Ă©galement : Festival d’Avignon / 7 - 29 juillet 2009


63e Festival d’Avignon
- du 7 au 29 juillet 2009
- Directeurs artistiques : Hortense Archambault et Vincent Baudriller
- Artiste associĂ© 2009 : Wajdi Mouawad

- renseignements : + 33 (0)4 90 14 14 60
- Billetterie : + 33 (0)4 90 14 14 14 - - Billets rĂ©servation Internet

- Offices de tourisme : Avignon : + 33 (0)4 32 74 32 74/ Villeneuve lez Avignon : + 33 (0)4 90 25 61 33

Culture

Les derniers articles > Tous les articles
Toute l'actualité de Toutpourlesfemmes.com
en temps rĂ©el et gratuitement