Toutpourlesfemmes.com
Accueil du site > Culture > Expositions > Exposition formELLES - Photographie Hongroise

Expositions

Exposition formELLES - Photographie Hongroise

La femme dénudée dans la photographie hongroise

par Nicole Salez, jeudi 25 novembre 2010

L’exposition « formElles » à l’Institut hongrois de Paris met en relation les photographes hongrois du début du XXe siècle avec des photos de nu contemporaines. Elle montre la transformation de cette identité féminine dans la photographie hongroise jusqu’à nos jours.
impression Envoyer l'article  un ami title=

Juci Laub, Nu de dos, 1934. Cca, épreuve gélatino-argentique - Courtesy Musée Littéraire Patofi, Budapest © Juci Laub

La femme dénudée dans la photographie hongroise

Sujet éternel de l’art pictural, le corps humain représente depuis toujours un univers à part. Le corps de la femme, tant étudié, reste une énigme et un objet de prédilection pour les photographes de tous les temps.

Avec sa plasticité pure, la femme nue était le sujet tant aimé des plus grands photographes hongrois du début du XXe siècle, Brassaï, Munkácsi et Kertész. Suite à des changements politico-sociaux caractéristiques de l’époque, le corps féminin, jusque-là identifié soit comme une « sainte » dans le rôle maternel, soit dans un rôle méprisé, notamment celui d’une prostituée, commence à chercher une identité féminine.

Une identité sexuelle, une existence à part entière et à juste titre, une représentation artistique de la femme, qui vient rompre avec cette image de mère-prostituée. Et cela était bien plus spécifique en Europe de l’Est et notamment en Hongrie où les rôles homme-femme étaient plus rigides qu’à l’Ouest. C’est ce phénomène que l’on voit se manifester sur ces photos du début du siècle, une recherche de soi, qui coïncidait au développement des techniques photographiques de l’époque.

L’exposition « formElles » met en relation ces photographes du début du XXe siècle avec des photos de nu contemporaines. Elle montre la transformation de cette identité féminine dans la photographie hongroise jusqu’à nos jours. Comment est-on passé de la représentation du corps féminin idéalisé à une représentation en nouvelle quête d’identité ? Le choix subjectif de ces photographies en témoigne. Vides de tout contexte, ses corps nus féminins sont des empreintes de l’histoire, de ses moeurs, de ses conceptions de beauté...

Csaba Varga, commissaire de l’exposition

" Cette exposition est le fruit d’un choix subjectif assumé sur un sujet éternel et universel. Nous avons recueilli des photos représentant des nus, des corps féminins, dans leur plus grande simplicité et plasticité. Simples, puisque dénudés de tout contexte, et plastiques, puisque représentés dans leurs dimensions complexes.

Le caractère subjectif de l’exposition provient d’un intérêt personnel : étant un sculpteur moi-même, ma conception dans la sélection des œuvres exposées a été définie par la vision du sculpteur dans la création photographique. La photographie, quoique étant une branche d’art qui œuvre dans le plan, dans un espace de deux dimensions, est toutefois apte à sonder les profondeurs des trois dimensions.

Dans l’histoire de l’art, il existe depuis toujours une distinction entre l’approche du peintre et du sculpteur. Tandis que le premier s’intéresse essentiellement à la composition des plans, aux couleurs et à la perception du temps, le dernier se focalise sur la matière et tout particulièrement sur la forme elle-même sans contexte. Avec l’exposition « formELLES » j’ai tenté de montrer comment les photographes enfermés dans l’espace d’une feuille de papier s’aventurent dans les modes d’expression de la sculpture.

Pour mieux montrer les différentes réalisations de cette conception, il m’a semblé évident de choisir une forme précise : le corps de la femme, un sujet tant étudié, un objet de prédilection pour les artistes de tous les temps. Sans principe et sans théorie, considérant le seul impératif du questionnement sur les chemins de la représentation du corps, l’exposition met en parallèle les photos de nu du début du 20e siècle avec les photographies contemporaines. Deux périodes de la photographie hongroise où les artistes ont représenté le corps de la femme exempt de tout contexte socioculturelle."

Artistes exposés

József Brassaï, André Kertész, Martin Munkácsi, Máté Bartha, Gábor Buda, Tamás Dobos, Alexandra Kinga Fekete, Luca Gőbölyös, József Keresztes-Nagy, Mátyás Misetics, Suzanna Nagy, Krisztina Sardi, György Tóth, Tibor Csörgeő, Károly Danasy, Nora Dumas, Emeric Fehér, Ergy Landau, Kosa, Juci Laub, Ervin Marton, László Moholy-Nagy, József Pécsi, Dénes Rónai, André Steiner


- formElles
- Exposition du 5 novembre 2010 au 15 janvier 2011
- Heures D’ouverture du mardi au samedi de 13h30 à 19h30 -Ouverture exceptionnelle pendant Paris Photo, 18-21 novembre de 11h à 19h30
- Institut hongrois de Paris - 92, rue Bonaparte 75006 Tél : +33 (0) 1 43 26 06 44 Fax : +33 (0) 1 43 26 89 92
- Entrée : 5€ / 3€
- www.instituthongrois.fr

-  Dans le cadre du Mois de la Photo à Paris, novembre 2010 | Paris Photo

- En collaboration avec : Musée de la photographie, Kecskemét | Musée Littéraire Petőfi, Budapest | Galerie Vintage, Budapest | Galerie Erdész | Maison Européenne de la Photographie, Paris | Estate BrassaÏ | Collection Christian Bouqueret.

Expositions

Les derniers articles > Tous les articles
Toute l'actualité de Toutpourlesfemmes.com
en temps réel et gratuitement