Flamenco, nuit de la jeunesse, le 7 mars

Archive 02 mars 2009

Au festival flamenco de Voix de femmes, le 7 mars sera la nuit de la jeunesse

Dans le cadre du festival de Voix de Femmes, organisé par Flamenco en France, le samedi 7 mars, deux styles, deux histoires seront invités sur scène. Inma La Carbonera vient du Poligono Sur, cité bétonnée de la banlieue de Séville, où ont été parqués les gitans dans les années 70 et 80. D'une famille modeste, orpheline enfant d'un père cantaor, elle chante pour gagner le pain quotidien. Elle écume les bars flamencos et tient son nom d'un long passage au tablao La Carbonera de Séville.

Rocio Marquez


Rocío Marquez, originaire de Huelva, apprend dès son plus jeune âge le chant de sa terre, le fandango. En 2005, elle s'installe à Séville pour suivre des cours à la Fondation Cristina Heeren, prestigieuse école de flamenco. Elle va de concours en concours et décroche, en 2008, au prestigieux festival de La Unión, la plus haute distinction, La Lámpara Minera

*littéralement lampe de mineur, La Unión est au cœ,ur d'une région minière
.
Elles ont toutes les deux une forte personnalité. Rocío possède une voix puissante et claire qui lui permet des prouesses vocales, mais elle ne se cantonne pas à la virtuosité. Son intensité et son charisme lui permettent de convaincre les publics les plus froids.

Inma La Carbonera


Inma a, quant à elle, une voix rauque, légèrement voilée, qui garde l'empreinte de son rude apprentissage. Elle chante avec gravité, tristesse et majesté un peu à la manière d'Ines Bacan, grande chanteuse de la région de Séville.
Deux écoles de la vie, deux façons de chanter. Toutes deux ont la grâce.

La troisième qui ouvrira les débats est la toute jeune Ana Barba Moreno, d'Arcos de La Frontera. C'est la joie de vivre incarnée , elle excelle dans les chants festifs, qu'elle interprète avec humour.

Festival flamenco de voix de femmes

Flamenco, destins croisés, le 6 mars

Flamenco, un 8 mars de fête

Par Marie Ningres

Tags: