Broderies d'Inde - Atelier Shikha Chireux

A Paris, Shikha Chireux donne des cours et brode sur commande.

Des broderies d'Inde. Shikha Chireux est venue tout droit du Penjab, en Inde, où elle a étudié les 'sciences' du textile, du tissage et de la broderie à l'Université. Aujourd'hui, c'est dans la capitale française qu'elle propose ses créations, brode sur commande et fait profiter ses élèves de sa maîtrise de techniques ancestrales. Portrait d'une jeune entrepreneuse.


Shikha Chireux dans son atelier.


Atelier de Shikha, un matin de semaine : derrière la robe blanche et le sari entièrement brodés à la main exposés en vitrine, trois personnes sont penchées sur un établi où reposent des « métiers ». Avec un doux accent, le professeur explique comment manier le crochet pour ne pas abîmer le fil doré. Rapidement, l'apprenti apprend à marier fil brillant, paillettes, perles de verres, morceaux d'étoffes et autres éléments pour réaliser de véritables petits bijoux sur tissu, selon des dessins qu'il aura reproduits sur son ouvrage. Une magnificence toute orientale est ainsi à la portée de toute personne capable de s'engager dans quelques heures de cours. Comment une jeune Indienne de 37 ans est-elle ainsi arrivée dans une petite rue du IXe arrondissement de Paris ?







De la médecine à la broderie


Shikha Malik est née à Bombay en 1973. Elève brillante, elle obtient son bac à 15 ans, avant de faire deux ans de prépa médecine pour obéir à son père, ingénieur. Mais sa fibre créative la pousse vers d'autres voies, notamment celles du textile. «Le rapport aux étoffes est très naturel en Inde. C'est dans notre culture. Les rues sont remplies d'ateliers d'artisans tisseurs, brodeurs, tapissiers, tailleurs... pour les événements importants nous allons choisir les tissus, nous les portons ensuite aux artisans pour les faire couper, puis broder. Nous en parlons beaucoup, nous en rêvons...» L'enseignement des sciences du textile à l'université dans des filières très “select”, s'explique aussi par une tradition millénaire. L'art de la teinture, par exemple, a vu le jour voici plus de 4000 ans en Inde. Des techniques très perfectionnées ont été mises au point pour exploiter les principes colorants des nombreuses plantes tinctoriales dont sont dotés les pays tropicaux et subtropicaux... quand l'Europe occidentale dut attendre le VIe siècle pour développer des connaissances comparables.

Boléro brodé par Shikha Chireux.



Chef d'entreprise à 23 ans


Shikha intègre donc un master en arts textiles et broderie en Inde à l'université de Chandigarh, la capitale du Penjab. Là, pendant cinq ans, elle apprend les techniques indiennes traditionnelles du tissage, de la couture et de la broderie, mais aussi tous les secrets des textiles : origines des fibres, composants chimiques des teintures... Ses études scientifiques lui sont alors précieuses. A l'issue de ces cinq années intensives, elle sort major de sa promotion. Désireuse de travailler à son compte, elle commence par donner des cours, puis à créer sur commande des trousseaux de mariage sur mesure, de la lingerie, et à faire travailler des artisans. Shikha crée ainsi son entreprise à 23 ans.

«Je vivais toujours chez mes parents. J'ai commencé à faire travailler des artisans indépendants, puis j'ai pu en réunir quelques-uns dans une pièce transformée en atelier. J'ai pu aussi employer des femmes formées dans des associations. En-deçà d'un certain chiffre d'affaires, j'étais exonérée d'impôts. C'est seulement à partir de 4000 euros de chiffre d'affaires qu'il faut créer une entreprise.» Ces conditions de démarrage sont encore facilitées par l'absence de protection sociale, ce qui exclut toute charge sur les rémunérations. Les femmes sont mêmes légèrement aidées car remboursées d'une petite partie de leurs impôts (8 à 10 %), en raison d'une volonté affichée du gouvernement indien de les favoriser dans la création d'entreprise.

Shikha assure que la direction d'une entreprise est chose très naturelle pour une femme en Inde. «Dans le Panthéon hindou, bien des divinités (ou manifestations du Brahman, Dieu ou réalité ultime) sont à la fois homme et femme...»

Robe de mariée brodée par Shikha Chireux.



En France...


Puis Shikha commence à prendre des cours de français. Elle travaille ainsi pour le directeur de l'Alliance française, développe des liens avec les milieux francophones, et saisit une offre du consulat français destinée à favoriser les échanges de savoir-faire entre la France et l'Inde. En 2000, elle part un an pour l'Hexagone, où elle travaille pour la haute couture. Shikha prolonge son séjour, suit des cours de français à la Sorbonne, puis intègre pendant neuf mois une école où elle apprend les techniques françaises de couture.

En 2003, elle rencontre un Français qui devient son mari. Elle restera donc en France, où elle doit asseoir une situation professionnelle définitive. Son tempérament indépendant la pousse à travailler à son compte. Elle prend des commandes de stylistes de différents pays, fait travailler son entreprise en Inde, crée une association pour enseigner et promouvoir la broderie indienne auprès d'organismes divers, tels les musées ou les comités d'entreprises. Enfin, en 2009 elle crée sa micro-entreprise, formule simplifiée possible en-deçà d'un certain chiffre d'affaires. Bref c'est reparti !

Aujourd'hui Shikha se donne deux ans pour réussir à rentabiliser son affaire. Au-delà de son offre mixée de services et d'articles de qualité —, son espace regorge de pièces, de vêtements et d'autres articles tissus et brodés à la main —, son but est de promouvoir la culture indienne dans son domaine.



www.broderie-creation.com


Atelier Zardosi Shikha Chireux

13 bis rue Henri Monnier

75009 Paris

Mail : contact@zardosi.fr

Tél. : 01 71 60 31 49

Ateliers broderie :

crochet : 38 € les 2 heures

Kantha de Bengal : 85 € les 5 heures

Phulkari de Pendjab - 85 € les 5 heures

Pose des miroirs (sheesha) : 75 € les 3 heures

Ateliers d'impression sur textile « Block Print » : 85 € les 3 heures

Sérigraphie artisanale : 85 € les 4 heures



Par Chloe Braillon

Portrait de admin

Commentaires

Bonjour,

Quel travail admirable !
Je suis brodeuse et tisseuse et j'aime beaucoup votre pays et tous les savoirs faire ancestraux encore vivants.
Je m'apprête à y retourner au mois de Février et j'aurai voulu trouver un atelier et apprendre les techniques de broderies.
Pourriez vous m'aider dans cette recherche d'un lieu de stage possible.
J'habite en Cévennes, trop loin de Paris pour venir à vos cours.
je vous remercie de l'attention que vous porterez à ce message et je vous renouvelle mon admiration pour votre travail.
Bien cordialement
Brigitte Cesselin
bcesselin.feldenkrais@gmail.com

Ajouter un commentaire