Lituanie terre d'ambre et de traditions

19 octobre 2010

Nous imaginons l'Amérique du Nord, la Chine, les pays africains même si nous n'y sommes jamais allés. Lorsque la Lituanie s'est présentée, je n'avais aucun imaginaire à propos des pays baltes. Le dépaysement y était donc pratiquement assuré. Ce petit pays de seulement 3 millions et demi d'habitants s'étale sur quelque 65 000 km2 bordés par la Lettonie, la Russie, la Pologne et la Biélorussie et, à l'Ouest par la Mer Baltique a eu des frontières à géométrie variable. Successivement intégrée à la Pologne puis à l'Union Soviétique, elle est indépendante depuis 1990 et fait partie de l'Union européenne depuis le 1er mai 2004 et de l'Espace Schengen depuis le 21 décembre 2007.


Vilnius de clocher en clocher


De l'encore récente période soviétique (la Lituanie faisait partie intégrante de l'URSS), la vie quotidienne garde quelques traces. Tout comme les Lituaniens, non sans quelque fierté, gardent la trace de leur lointain passé païen, s'enorgueillissant d'avoir été le dernier pays à être christianisé au 14ème siècle seulement. Aujourd'hui, c'est le pays du lin (qui n'est plus que transformé sur place et non plus cultivé) et de l'ambre de la Baltique, des lacs et des forêts admirables par beau temps, un rien inquiétantes par temps de pluie.


Miel, basket et ambre...


Collier Lezard : ambre, pierre de lune, jaspe, turquoise quartz, argent et cuir (ArtCenter of Baltic Amber)


Encore très rurale, la Lituanie garde jalousement ses coutumes. Dans la nourriture d'abord, qui n'est pas encore passé rien à la version diététique : pommes de terre aux trois repas, viandes, saucisses, lard, crème fraîche en abondance tout comme les poissons gras, hareng de la baltique ou saumon. Ce n'est certes pas la destination idéale pour amateurs de régimes mais les ennemis de la nouvelle cuisine y trouveront largement leur compte d'autant que la nourriture est abondante et très peu chère. La société de l'abondance post-soviétique semble avoir encore des choses à se prouver. La Lituanie est aussi un pays de miel. Une sympathique coutume veut qu'on offre une ruche à quelqu'un qu'on apprécie et l'on se considère ainsi comme apparenté par l'intermédiaire des abeilles. Ce pays où hommes et femmes sont de très haute taille vénère un sport roi : le basket.

Rentrée depuis peu dans le cercle des pays de l'Union Européenne, c'est à Vilnius la belle capitale baroque que le changement mais aussi l'ambigüité liée à ce changement de société se manifeste le plus. Parsemée d'innombrables églises baroques Vilnius est une ville très attirante qui se développe à grands pas depuis son entrée dans l'espace Schengen et l'arrivée des aides européennes. Restaurants et cafés branchés, une joyeuse mixité de boutiques à l'ancienne et de boutiques chic et une jeunesse dynamique qui semble à la fois soucieuse de se tourner vers la fashion society internationale et de garder ses coutumes. Ainsi peut-on assister, le 1er septembre chaque année, au défilé des écoles et des universités, drapeaux et proviseurs et professeurs en tête suivi par les élèves en civil ou en uniforme d'école portant à travers les rues des bouquets de fleurs qui seront offerts en fin de journée à leurs enseignants en signe de respect.

Curieusement Napoléon est ici à l'honneur. Un restaurant du centre ville de Kaunas arbore même une jolie fresque de l'empereur des Français s'apprêtant, dans la nuit du 23 au 24 juin 1812, à franchir les ponts construits de nuit pour franchir la Nieva qui coule en son centre. A Vilnius le charmant hôtel vintage Shakespeare aux relents pourtant très « old England » s'enorgueillit d'avoir été le siège qu'avait prévu Napoléon pour le futur Duché de Lituanie. Comme pays qui s'ouvre au monde occidental, la Lituanie entend mettre en avant quatre priorités : les sports et loisirs, les activités de bien-être autour du thermalisme de Spas, de centres thermoludiques (voir article 8429 en rubrique bien-être) la culture et les congrès. De fait, la vie y est encore peu chère, les maisons et appartements non plus, les réussites professionnelles encore accessibles.

Vilnius de nuit



Vilnius la baroque est en effervescence

Hormis tout cela, Vilnius est à visiter. Son centre historique est l'un des plus grands et des mieux sauvegardés d'Europe de l'Est avec un déploiement flamboyant de maisons et d'églises baroques et quelques façades gothiques. Quelque chose entre Vienne et Prague. Poussez l'une ou l'autre porte en bois pour entrer dans quelque merveilleuse cour arborée et pavée. Et n'oubliez pas de visiter le vieux quartier très bohème Usupis squatté par les artistes en tous genres qui ont établi ici une République libre dont la constitution très surréaliste figure en toutes les langues. On ne s'étonnera pas que cette « République » ci se soit jumelée avec celle de Montmartre à Paris. Celle de Vilnius ressemble davantage à ce que fut le Montmartre du siècle dernier au quartier chic d'aujourd'hui et mérite le détour.


La Jérusalem du Nord


L'époque nazie à laquelle a succédé l'époque russe ont eu raison du foisonnement de la vie juive de Vilnius, berceau de la langue Yiddish (6 quotidiens y étaient publiés. Vilnius vit aussi la naissance du Bund, le parti socialiste juif, à la fin du XIXe siècle. Il est bien difficile aujourd'hui de s'imaginer de que fut cette vie ou plus d'une centaine de synagogues et locaux de prière, de bibliothèques, de théâtres et d'écoles juives marquaient la vie d'avant-guerre de cette ville dont la moitié de la population était juive. Au point que dans le monde entier la Vilnius était baptisée la Jérusalem du Nord. Cette population fut massivement assassinée et les rares survivants gommés par l'ère soviétique. Il reste une seule synagogue à Vilnius et surtout beaucoup de plaques sur les murs, en hébreu et en lituanien pour marquer les innombrables lieux témoins de ces vies assassinées. On y visite essentiellement le vide, celui des 3 ghettos : le grand, le petit et le « provisoire », c'est-à-dire celui où, pour quelques jours on enfermait les futures victimes avant l'heure fatale. L'emplacement de l'ancienne grande synagogue datant de 1573 est resté une place vide envahie d'herbes sauvages surveillée de loin par la statue du Gaon de Vilna, philosophe du 18ème siècle dont la méthode critique et l'ouverture d'esprit demeurent des exemples tant pour les religieux que pour les athées.





BONNES ADRESSES
- Les plus beaux bijoux en ambre : chez Art center of Baltic amber à Vilnius : www.ambergallery.lt

- Day spa et surberbe salon de thé-boutique à Kaunas: thés, châles en laine, nappes et vêtements en lin chez Sauleja : www.sauleja.lt

- Hôtels de charme : Narutis Hôtel à Vilnius : www.narutis.com et Shakespeare Boutique Hotel : www.shakespeare.lt

- Restaurant : Si vous passez par Kaunas (deuxième ville du pays à une petite centaine de kilomètres de Vilnius) faites une halte au restaurant Zalias Ratas, tout en bois. La cheminée allumée vous accueille dans un univers au charme tout particulier. Et on y mange bien ! www.zaliasratas.lt

[Pour vous informer : l'efficace Office de Tourisme de Lituanie : [www.infoTourLituanie.fr

Pour tout savoir sur les mystères de l'ambre, ses vertus ornementales autant que thérapeutiques, à lire : L'ambre Secrets et Vertus de Camille Coppinger et Françoise Perier, éditions Jacques Grancher

Par Evelyne Dreyfus
Portrait de admin

Ajouter un commentaire