A découvrir : la propriété Caillebotte à Yerres

11 septembre 2017

A 20 kilomètres de Paris, une destination touristique et artistique a entièrement réouvert en juin dernier. Dans la ville d’Yerres située dans l’Essonne, la propriété Caillebotte fut rachetée 1 franc symbolique par la ville qui assistée du fonds de dotation « Les amis de la Propriété Caillebotte», après 20 ans de travaux, l’ont remise en état. Elle vous attend.

Caillebotte à Yerres

Le Casin © Christophe Brachet

Une maison d’artiste oui mais pas que !

Après Giverny ou Auvers-sur-Oise, la propriété Caillebotte à son tour éclaire la grande histoire de l’impressionnisme en même temps que celle de la famille Caillebotte qui y vécu de 1860 à 1879.

Aujourd’hui, un domaine de 11 hectares bordé par l’Yerres fait office de parc de la ville en plein centre et de poumon de verdure. Pour les habitant de Yerres, le jardin est devenu un lieu de convivialité quotidien. Arboretum classé, il est doté de constructions toutes aussi plaisantes, les unes que les autres, qui rappellent ces lieux de villégiature, au temps des impressionnistes. D’une Orangerie à une Ferme Ornée, d’une Glacière vers une volière, vous passez, d’un chalet Suisse à une Chapelle, d’un potager à une remise, et, outre la maison d’habitation de la famille Caillebotte baptisée du nom de « Casin » vous découvrez à travers l’évocation d’un mode de vie bourgeois lié à cette famille, des activités à faire comme celle s’occuper d’un potager ou de canoter par exemple.

 

Les frères Gustave et Martial Caillebotte partageaient des passions celles de la philatélie, du yachting et de l'horticulture.

Martial s'est intéressé à la photographie. Gustave peignait. Pour ses compositions, le peintre avait créé un laboratoire horticole. Si vous voulez connaître ce lieu qui n'existe plus allez le voir dans les toiles accrochées au Musée des impressionnismes de Giverny. 

A Yerres : RDV au potager Caillebotte.

 

Le potager peint par l’artiste est mis en valeur par l’association « Potager Caillebotte » qui cultive les plantes anciennes et rares. 

L’artiste Gustave Caillebotte réalisa à Yerres près de 90 toiles peintes de 1875 à 1878, aux belles saisons. Ce sont les tableaux yerrois qui ont aidé tout comme les archives à restaurer le plus fidèlement possible l’ensemble.

La comparaion entre les tableaux et la géographie du domaine est une leçon de peinture en soi.

Sous les combes du Casin , l’atelier du peintre est restitué et sont exposés actuellement des œuvres de Caillebotte réalisées à Yerres dont Portraits à la campagne, un prêt accordé à titre exceptionnel par le musée d’Art et d’Histoire Baron Gérard de Bayeux.

 

Vision de femmes plongées dans le silence de son action au coeur de son monde intérieur. Les tableaux prétés pour cette mini exposition présentée dans l'atelier sont une évocation de la vie intime et familiale Caillebotte.

Le Casin, la maison de famille: de la salle à manger à la chambre… est meublé avec des pièces provenant du mobilier national placées en dépôt. Le but est l’évocation historique et de montrer le contexte de vie du peintre et de sa famille qui avait par ailleurs des propriétés à Paris et  déménagera de Yerres pour Genneviliers, par la suite.

La maison de Yerres augmentée d’un espace d’exposition indépendant forment désormais ce nouveau musée aux normes capable d’accueillir de grandes expositions ainsi qu’une biennale de sculptures.

Découvrez la salle de billard !

Jetez un oeil sur  le salon de musique !

Zoé est la cousine de Gustave Caillebotte.

 Gustave Caillebotte : Un homme à plusieurs casquettes

Un peintre du plus beau courage et qui ne recule pas devant les sujets modernes grandeur nature.  Emile Zola

La famille Caillebotte avait fait fortune dans le textile en fournissant les draps de l’armée. Gustave Caillebotte est né en 1848 à Paris, il a douze ans quand il arrive dans la Propriété Yerroise que ses parents achètent. En 1870, il est licencié en droit et en 1873 il réussit au concours de l’Ecole des Beaux-Arts. En 1874, il rencontre les impressionnistes et l’année suivante commence à collectionner ses amis les peintres impressionnistes. Il participera à toutes les expositions impressionnistes. En 1886, Durand Ruel présente à New York 10 tableaux de lui. Influencé par les écoles du plein-air (Fontainebleau, Barbizon) l’artiste s’inscrit dans cette tradition et développe des thèmes impressionnistes ( effets de lumière, du mouvement de l’eau, composition). Mais, ce qui caractérise l’œuvre de Gustave Caillebotte ce sont ses cadrages, influencés par la photographie. Connu tôt et très apprécié par les américains; ils perçurent en lui l’un des peintres les plus avant-gardistes des impressionnistes. Cela explique qu’un grand nombre de ses peintures remarquables se trouvent dans leurs musées.

Caillebotte travaille sur le motif, puis retravaille ses œuvres à l’atelier.

Parmi ces tableaux, presque tous marqués par la nature et le plein-air, on distingue les portraits de famille ou d’enfants où s’exprime le bien-être (Portraits à la campagne), les portraits des hommes au travail (Les jardiniers) ou les moments de détente (tableaux des canotiers et périssoires). Enfin, il trouve dans le parc des paysages variés, aux tonalités particulières (Le Parc d’Yerres, Jardin à Yerres ou Yerres, le parc de la propriété). On notera qu’il réalise pendant cette même période ses grands tableaux parisiens (Raboteurs de parquet en 1875, Le pont de l’Europe en 1876, Rue de Paris, temps de pluie en 1877). 

Un mécène

Il a payé à certaines heures les locations d’ateliers pour Monet, et même facilité des prêts; en achetant des tableaux aux peintres après 1870 : à Monet, La Gare Saint-Lazare et à Renoir, Le Bal du Moulin de la Galette, La Balançoire. Ainsi, il a constitué sa collection « d’impressionnistes » ; il a financé une partie des huit expositions de peintures (1876, 1878, 1879, 1882).

Après la vente de la maison de Yerres, et à partir de 1880, Gustave Caillebotte investit dans l’achat d’un chantier de construction navale et ouvre un nouveau chapitre de sa vie se consacrant à la course et aux bateaux, déposant des brevets.

 

Dans son testament de 1876, il offrait à l’Etat français sa collection personnelle, sans mettre un seul de ses tableaux personnels. 40 œuvres de l’impressionnisme sont ainsi après bien des péripéties entrées dans les collections nationales que vous pouvez voir au Musée d’Orsay aujourd’hui.

Merci Gustave Caillebotte !

A savoir :

Le Potager est géré par l’association « Potager Caillebotte », de mai à octobre : Mercredi et samedi 10h-12h 14h-18h Dimanche et jours fériés 10h-18h

Des promenades en barques ou canoës sont organisées à partir de mai à août : week-ends et jours fériés, de 15h à 19h Septembre : week-ends, de 15h à 18h

Caroline Benzaria

Infos pratiques

Propriété Caillebotte, 8 rue de Concy à Yerres (coordonnées GPS : 10 rue de Concy). Tél. : 01 80 37 20 61 (Service des Affaires Culturelles) Retrouvez la Propriété Caillebotte sur : son site Internet : www.proprietecaillebotte.com sa page Facebook : facebook.com/laproprietecaillebotte sa page Twitter : twitter.com/caillebotte2017

A voir aussi

Tags

Ajouter un commentaire