Beauvoir in love : extraits

Textes d'Irène Frain, photos de François Frain

François Frain qui a accompagné Irène aux Etats-Unis, a rapporté un reportage photographique des lieux où se sont déroulés les rencontres de Simone de Beauvoir et de son amant Nelson Algren. Voici quelques-uns des clichés, suivis d'extraits de Beauvoir in love.

Beauvoir est descendue au Palmer, un palace, où Nelson va se rendre, presque malgré lui. Ce sera le lieu de leur première rencontre.

Le luxe d'un palace

Hôtel Palmer, le palace de Chicago

«Au moment où elle quitte sa chambre pour descendre au rez-de-chaussée du Palmer, le Castor se trouve absolument ridicule (...)C'est son reflet dans les miroirs faux Louis XV accrochés en face de l'ascenseur. Son miteux manteau de lapin, sa robe à la pendouille et le numéro de Partisan Review qu'elle arbore à l'intention de l'homme de Chicago».

Hôtel Palmer, le palace de Chicago

«Quelques secondes plus tard, l'acier brossé à l'or fin des portes de la machine lui découvre le décor théâtral du hall de l'hôtel : ogives de faux palais vénitiens, moulures et marbres comme s'il en pleuvait, tapis aussi épais que les neiges qui couturaient le lac, ce matin derrière la vitre du train».

Les bas-fonds de Chicago

Simone de Beauvoir veut connaître l'autre visage de l'Amérique, l'envers du décor. celle des laissés pour compte, des miséreux.Nelson Algren va l'entraîner dans les bas-fonds de Chicago, un monde que l'écrivain fréquente, et dont il partage certains modes de vie ou de survie.

Wabansia, c'est là qu'habite Nelson. Naissance d'une passion

Wabansia, le lieu des amours

«Devant la venelle, elle hésite. Et se remémore ce qu'il lui a expliqué, ce matin, quand elle l'a appelé : dans ces quartiers-là de Chicago, on accède aux maisons par l'arrière. Pour aller chez lui, il faudra donc qu'elle emprunte l'étroit passage qui sépare le 1521 du 1523. Elle se retrouvera alors dans un jardinet».

L'univers de Nelson

Chez lui

Nelson Algren, dans les années 1930 volera une machine à écrire, et fera de la prison pour ce larcin.

«La minuscule table de travail peine contenir la machine à écrire , elle est placée près de la fenêtre, qui donne sur la rue. Si on veut se concentrer, pas très astucieux : comme la porte de la cuisine, elle est simplement voilée d'une étoffe transparente. Jaune d'or, elle aussi».

Les bars, le quartier des migrants polonais, les prostituées, les drogués...

Un bar après l'autre, tout au long de l'après-midi

«Il a commandé de la vodka. Au bout de deux verres, elle n'a plus trop su où elle était. Pas en Pologne, en tout cas, même si tout le monde dans le bar parlait polonais. Ni même en Amérique».

Le fou de jazz

Les clubs de jazz de Chicago

«(...)ils n'avaient pas parcouru deux cents mètres que, d'un mouvement brusque, il lui a désigné l'enseigne d'une boîte : 'Le jazz est formidable, ici. Des Noirs, ils sont excellents'».

Le voyage au Mexique, au Guatemala et au sud des Etats-Unis

Mexique

Minutieusement préparé par Simone de Beauvoir, ce voyage devait être celui de leur lune de miel. Il s'achèvera plus vite que prévu, miné par un secret, dont Nelson ne découvrira la teneur que quinze ans plus tard.

«Et pourtant, le mal qu'elle se donne avant leur départ pour que leur bonheur soit parfait...Non seulement c'est elle qui conçoit l'itinéraire de leur voyage sentimental, mais elle étourdit Nelson de lettres - plus d'une cinquantaine en huit mois et demi.»

La maison du lac, Calumet Lagoon : le dernier chapitre

La maison du lac : rien n'a changé depuis soixante ans

«“DEAD END” proclame un panneau à l'entrée de Forrest Avenue. Nelson s'était installé dans une impasse. Comme son histoire avec Simone».

>> Lire l'interview d'Irène Frain : ' je suis une ouvreuse des placards de Barbe Bleue'

Par Elsa Menanteau

Portrait de admin

Commentaires

Cette histoire m 'ėmeut .Il y a plusieurs femmes chez cette femme. Une intellectuelle, une fille rebelle , une activiste politique .Sarthe et Beauvoir à mes yeux n étaient pas un couplé ,mais ce que l 'on appellerait aujourd'hui "friends with benefits "
Leur relation ,mais semble t il ,était intellectuelle, cérébrale même je dirais .La ,avec Nelson , c est une relation émotion elle ,charnelle .Cet homme ,en bien ou en mal , elle le désire .Sans partition entre le corps et l esprit .Le jazz n à pu qu aider à la naissance de cette amour .
Un amour trop entier pur , trop entier , qui se devait de finir dignement .Noblement. Sans s 'user comme tant d autres dans la médiocrité du quotidien .Quelque part encore ,dans l immensité , ces deux là Beauvoir et Nelson s 'aiment encore .

Ajouter un commentaire