Santé : La paralysie du sommeil

Et si votre pire cauchemar devenait réalité ? C'est en tout cas la terrible impression que peuvent avoir les personnes atteintes de paralysie du sommeil. "Bloquées" dans leur corps, juste avant ou après une période de repos, elles expérimentent une phase particulière qui peut s’avérer très angoissante.

 « Au cours de la nuit, nous entrons tous dans une phase de sommeil paradoxal. A ce moment-là, notre corps connaît une absence de tonus musculaire, explique Marie-Françoise Vecchierini, praticien hospitalier au centre du sommeil de l’Hotel Dieu, à Paris. Cest une dissociation entre cet état physique et le réveil prématuré de notre cerveau qui crée une sensation de paralysie puisque nous sommes conscients mais incapables de bouger. »

Mais le phénomène ne s’arrête pas toujours là. Chez certains sujets, en majorité les personnes souffrant de narcolepsie (trouble du sommeil chronique), il s’associe à des hallucinations sonores et visuelles dignes d’un film d’horreur.

« Ca peut être anecdotique, comme le sentiment que quelquun sonne à notre porte, ou quune ombre passe dans la pièce, mais parfois cest bien pire et lhallucination devient effrayante ou agressive », rapporte Marie-Françoise Vecchierini.

En effet, de nombreux témoignages évoquent des visions monstrueuses et des sensations de mort imminente.

 Il y a quelques mois, le cinéma s’en est d’ailleurs emparé pour réaliser un film documentaire sensationnel intitulé « The nigthmare ». Celui-ci met justement en images les pires épisodes hallucinatoires vécus par ces “paralysés nocturnes”.

Même si certains facteurs comme le stress ou la privation de sommeil peuvent être observés, la cause scientifique du phénomène n’est aujourd’hui pas définie et aucun profil psychologique n’a pu être établi.

« Ca na rien à voir avec le fait d’être sujet aux cauchemars ou non. Environ 25% des français sont concernés au moins une fois dans leur vie. Cependant, on a remarqué quil pouvait y avoir un caractère héréditaire, qui serait transmis par la mère ; les femmes sont donc les plus concernées », précise la spécialiste.

 « Je ne me souviens pas précisément de la première fois où ça mest arrivé, mais c’était très angoissant au début, témoigne Victoire, 29 ans. Cette impression dêtre complètement réveillé esans pouvoir effectuer le moindre mouvement est très oppressante, javais limpression de suffoquer. Mais maintenant que jai appris à connaître le phénomène, jessaye de me détendre au maximum quand ça se produit, et ça finit par passer. » Même situation d’impuissance pour Pierre, 31 ans. « Je sais que je suis réveillé mais jai limpression de me trouver 30 cm sous leau et de ne rien pouvoir faire. Je suffoque et lorsque je reprends possession de mon corps, je suis complètement essoufflé. »

 Même si ce type d’expérience peut paraître interminable pour celui qui la vit, elle ne dure en réalité que 30 secondes à 1 minute 30 et ne représente aucun danger.

« Cest très désagréable à vivre mais la paralysie du sommeil na aucun caractère nocif pour la santé, elle ne mérite donc pas d’être traitée. Seules les pathologies qui peuvent la provoquer, comme la narcolepsie, nécessitent un suivi médical », conclut le docteur Vecchierini.

Rien de grave donc, si ce n'est ce terrible sentiment de vivre un cauchemar éveillé...

Par Kristen Poels

A voir aussi

Tags

Commentaires

Bravo pour votre article! Je suis sujet à ces troubles. Vous venez de mettre un nom sur mon mal.

Ajouter un commentaire