La Ronde : Aurélia Jaubert mène la danse

Cet été la Réunion des Musées Métropolitains Rouen Normandie présente Saison Héroïnes : Nadja, Sheila Hicks, Berthe Mouchel et la Ronde # 6 avec le thème Féminin Plurie.elles qui se tiendra jusqu’au 18 septembre 2022. 11 musées de la métropole accueillent de nombreuses femmes, artistes créatrices ou personnages de fiction.

 

Sheila Hicks, 2019. © Santiago, Museo Chileno de Arte Precolombiano

Sheila Hicks, 2019. © Santiago, Museo Chileno de Arte Precolombiano

 

La Ronde #6

Florence Calame-Levert Conservatrice Art Moderne et Contemporain du Musée des Beaux-Arts de Rouen a orchestré la Ronde annuelle. Cette dernière est très attendue des jeunes collectionneurs car elle propose à des jeunes artistes contemporains émergeants et confirmés (Fabien Lerat, Guy Lemonnier, Iris Sara Schiller, Kacha Legrand, Samuel Buckman, Garance Alves, Lou Parisot, Catherine Menoury, Aurélia Jaubert, Florence Jou) de se confronter aux musées et collections de la ville de Rouen.

 

Garance Alves, L’image des mots, 2019

Garance Alves, Limage des mots, 2019

 

Garance Alvès artiste émergeante française née en 1993 présente ses dessins et installations au Musées de Rouen des Beaux-Arts et de la Céramique, à ne pas manquer.

Aurélia Jaubert artiste confirmée française montre au Musée des Antiquités et au Musée de l’Education des tapisseries aux allures de film d’animation déjanté qui ne manquent pas d’audace alors… 

 

Plan serré sur Aurélia Jaubert

Aurélia Jaubert ne voulait pas faire d’études après le BAC. Elle aime apprendre par elle-même - une tradition assumée par l’Ecole du Paris au XXème siècle. Elle aime cette liberté.  Elle a commencé par pratiquer la photographie avec une amie photographe. Ensuite, elle a voulu essayer la peinture. Puis, ça été la sculpture. Elle a intégré la photographie dans ses tableaux. Aujourd’hui, elle compose des tapisseries. Les médiums s’adaptent à ses idées et à ses envies. Elle dit : « Je veux me sentir libre de faire sans me poser la question de savoir si je sais le faire ou pas. »

 

Portrait d’Aurélia Jaubert. Photo CB

Portrait d’Aurélia Jaubert. Photo CB

 

Comment commencer un tableau au point de croix ?

Elle récolte aux Puces, dans les vide-greniers, chez Emmaüs, des canevas anonymes : ces ouvrages aux points de croix des femmes qui tuaient le temps pour décorer les murs de leurs maisons … en états de rêverie ou conversant entres elles, et partageant ce besoin d’avoir les mains occupées…

DEFINITION :

Tapez sur Google et demander

Comment commencer un tableau au point de croix ?

« Le point de croix se travaille par rangée de gauche à droite. Pour faire un point de croix remontez l'aiguille du point 1, le trou en bas à gauche d'un carré de la toile jusqu'en bas au point 2, le trou en haut à droite d'un carré de toile. Ramenez votre aiguille en haut en 3, en bas en 4, en haut en 5 et en bas en 6. »  28/07/2022

 

J’aime le kitch et le criard mais je trouve aussi qu’ils sont à la limite du mauvais goût. Au départ, je ne les aime pas. Petite j’aimais faire ces choses de mes mains qui ne répondaient pas aux critères de goûts qui m’étaient inculqués.  

Aurélia Jaubert

Piquer son tableau à la machine

Pour faire ses tapisseries, elle part de ces éléments concrets, des morceaux de canvas que l’on ne considère plus ou pas du tout.

Mais pour Aurélia Jaubert, il y a matière à…quand on aime jouer avec l’imagerie.

Détestant avoir la moindre règle du jeu, elle se lance. Cela reste un challenge hasardeux qui lui va très bien mais admet-elle, jusqu’à ce qu’elle finisse par mettre au point une technique qui lui fasse gagner du temps.

Dans son grand atelier du Lubéron, la matière textile gît à même le sol, plus ou moins empilée. Elle la découpe. Elle met de côté. Elle assemble à la main, partie par partie, elle faufile avec des épingles. Elle s’attable avec son « bâtit » et enfin pique à la machine son tableau.

Mais admet-elle encore, elle construit son tableau.

 

Je commence par le haut de la tapisserie puis je descends en fonction de la profondeur de champs. Il faut que ça reste très cohérent. Mes tapisseries possèdent un horizon, un premier plan, un second plan, enfin différents plans qui forment cette vision en perspective rattachée à l’histoire de l’art. Les portraits en gros plan je vais les mettre naturellement au premier plan pour respecter l’échelle, la perspective et les plans successifs. Comme dans un décor de théâtre, ce qui est au fond est moins visible. 

Aurélia Jaubert

 

Quand la tapisserie se déploie dans l’espace, qu’elle est tendue au mur, elle l’observe longuement.

 

Je décode toujours des éléments après coup dans mes tapisseries, confie-t-elle, un petit personnage ici ou là et ça me fait sourire. Le public regarde, rigole, sourit, se promène dans le paysage…chacun se raconte son histoire. C’est grand assez pour s’y perdre. Chacun y trouve quelque chose.

Aurélia Jaubert

Deux patchworks tragi-comiques à Rouen

Des fils qui pendent sur le revers marquent du sceau artisanal son tableau, petit dernier dans l’art textile.

De face, son sens de la narration sans queue, ni tête entraîne l’imagination.

Aurélia Jaubert rend hommage à la Tapisserie des « Cerfs ailés » qui date du milieu du XVème siècle conservée au musée des Antiquités de Rouen.

 

AURELIA JAUBERT, LES CERFS AILES, 2022. DETAIL COURTESY DE L'ARTISTE © AURELIA JAUBERT, ADAGP, PARIS, 2022.

Aurélia Jaubert, Les cerfs ailés, 2022. Détail Courtesy de l'artiste © Aurélia Jaubert, ADAGP, Paris, 2022.

 

Elle en réalise un pendant.

 

AURELIA JAUBERT, LES CERFS AILES, 2022. DETAIL COURTESY DE L'ARTISTE © AURELIA JAUBERT, ADAGP, PARIS, 2022.

Aurélia Jaubert, Les cerfs ailés, 2022. Détail Courtesy de l'artiste © Aurélia Jaubert, ADAGP, Paris, 2022.

 

Elle a mis 4 mois pour faire son ouvrage qui mesure environ 3 x 3 m.

 

Aurélia Jaubert, Nativité, 2021. Courtesy de l'artiste © Aurélia Jaubert, ADAGP, Paris, 2022.

 

Au Musée de l’Education elle présente la tapisserie « Nativité 2019 » qui fait 3,78 x 2,17m.

Comparaissent, les héros de notre enfance - Walt Disney et Blanche Neige - et ceux de nos rêveries romantiques et romanesques et puis la grande peinture reproduite à foison tel La Bohémienne de Frans Hals qui a su charmer les aficionados du canevas.

Je discerne une tête d’homme sur un corps de chien. Un bébé dont le visage a vieilli d’un seul coup associé à un motif de vierge à l’enfant, un thème qui va au-delà de la maternité confie-elle car « La femme à l’enfant c’est une femme appartenant à la mythologie féminine pas exclusivement rattachée au message biblique. » La Bretonne avec la faux, devient un paysan avec une faux. Il a une tête de femme. C’est l’allégorie de la mort. Blanche Neige, c’est le monde des dessins animés des enfants et de l’illettrisme. Et le berger allemand, et le ciel avec ses nuages poussés par les vents

STOP

C’est à vous que revient l’art de tourner votre film.

 

Cinémascope

Aurélia Jaubert a commencé la série des tapisseries, il y a quatre ans. Elle rêve aujourd’hui de les rassembler en un vaste panorama cinématographique. Ce serait comme une rêverie discontinue et diurne et à la fois un hommage rendu à ces femmes industrieuses qui firent ces canevas.

 

Dans mon univers décalé tout le monde est là. Chacun fait son truc. Sans que ça ne dérange personne. Il peut y avoir une scène avec une fée égorgée par des oursons. C’est la fable qui dit la vie et en rire. Mettre tout cela ensemble, donne une idée d’un monde utopique. 

 Aurélia Jaubert.

 

Elle est également présente dans le Grand-Paris aux Estivales de Sceaux à l’Hôtel de ville jusqu’au 27 août 2022, parmi d’autres artistes contemporains en très bonne place !

 

Angel Toutpourlesfemmes

Infos pratiques

Tags