Coulisses Déco : comment naît un papier peint

En décoration, il existe un choix considérable de style de motifs. Quel casse-tête de choisir un papier peint, l’étoffe d’un canapé, le coussin qui va se marier avec ou le genre de rideau en harmonie avec le tapis ! TPLF s’est demandé comment naissent les motifs des textiles d’ameublement, des papiers peints et autres créations pour la maison.

 

Coulisses déco : comment nait le motif d'un textile?

La  collection Perles de l'éditeur Elitis est née d'un collier de perles que l'une des stylistes de la maison a enfilé puis gravé dans le papier peint vinyle lui donnant un aspect gaufré.


Photo Elitis Perles TPLF - Décoration - Fabrication du papier peint - Toutpourlesfemmes

 

Interview de 3 créateurs

 

Nous avons interviewé trois designers qui travaillent notamment pour l’éditeur de tissus Thévenon

Prune Cirelli, 41 ans et le duo d’Inkfabrik, Magali Beaulieu (38 ans) et Elisa Millier (35 ans), travaillent souvent dans l’ombre des grandes maisons. Elles nous donnent les secrets de fabrication de leurs créations qui se retrouvent dans nos maisons.

photo Thévenon Sansaku Prune Cirelli TPLF - Décoration - Fabrication du papier peint - Toutpourlesfemmes

TPLF : Quel est le parcours pour devenir designer textile ?

Prune Cirelli : J’ai travaillé pendant seize ans à Drouot en commençant par un stage. Ma spécialité était la fin du 19e siècle. Puis Drouot a changé et j’avais fait aussi le tour de la question. Je me suis demandée ce que je voulais faire de toutes mes connaissances. Quel était le sens  de tout ça. Le résultat de mes réflexions a été que je désirais être moi-même et que je ne voulais que moi pour seul outil. Je me suis retrouvée à dessiner, ce que je n’avais pas fait depuis l’école car c’est la chose qui m’appartenait le plus. Tout ce que j’avais fait avant m’a nourri. Mon parcours est habité par des espèces d’obsessions comme le Japon, le préraphaélisme et quelques images permanentes.

Magali Beaulieu : Après des études d’arts appliqués à l’école Duperré comme dessinateur-maquettiste pour l’univers de la presse, j’ai aussi côtoyé l’univers du textile qui m’a tout de suite plu. C’est un support très riche qui implique différentes techniques. Et puis on travaille pour le sol, les murs, les meubles, on joue avec les couleurs, les motifs. C’est assez complet.

Elisa Millier : J’ai étudié l’histoire de l’art à l’école du Louvre, mais j’ai toujours dessiné à côté. Je suis arrivée par connaissance dans le design. J’aime l’univers graphique. Nous nous sommes rencontrées dans le même studio anglais. Devant notre complémentarité, nous avons décidé de nous associer pour créer Inkfabrik.

photo Thévenon arbre du voyageur ficelle Inkfabrik TPLF - Décoration - Fabrication du papier peint - Toutpourlesfemmes

TPLF : Comment avez-vous débuté ?

 Magali : Le premier thème que nous avons présenté était inspiré par le modernisme, les maisons de Palms Spring avec des palmiers, mêlés à des formes géométriques. Elisa a une inspiration architecturale, très construite, j’ai des inspirations plus végétales, style toile de Jouy mais on expérimente beaucoup de choses.  

Prune : J’ai proposé un projet de dessin à Marie-Hélène de Taillac qui a tout de suite aimé ce que je faisais. Ca s’est déclenché assez vite même si au départ, je ne me sentais pas légitime, puis la confiance est venue.

photo Thévenon  Take Noir Prune Cirelli TPLF - Décoration - Fabrication du papier peint - Toutpourlesfemmes

TPLF : Quelles sont les contraintes techniques de dessiner des motifs pour un tissu ?

Magali : D’abord le motif doit se répéter. On part d’un module qui doit bien se répéter sans trou. Le dessin doit être structuré, harmonieusement.  

Elisa : Il y a aussi une contrainte de dimension. Les machines, que ce soit les rotatives pour les imprimés ou les métiers à tisser pour le jacquard sont calibrées différemment.  C’est très lourd à gérer au départ.

Magali : Maintenant c’est très simple, cela  fait partie intégrante du travail. Mais il y a aussi les contraintes commerciales. Dans certaines cultures, des animaux sont proscrits comme souvent les oiseaux. La question s’est posée dans la collection Thévenon pour le perroquet. J’ai adouci mon dessin.

Elisa : Il y a des codes de style : pas de serpents, d’araignées, de piquants. Vous  remarquerez qu’on voit des cactus mais doux sans piquants. On tient compte du goût des gens.

Prune : J’adore les insectes par exemple mais je ne vais pas en dessiner. Je sais bien que personne n’a envie d’un rideau avec des chauves-souris ! En général Vincent Thévenon est très enthousiaste, il n’y a pas de limite. On arrive avec nos dessins et lui dit : « j’ai envie, j’ai pas envie. »

Magali : Une fois les motifs créés, quelquefois certains sont difficiles à réaliser en tissage ou en imprimé. Il peut y avoir un bord en broderie. Tout dépend de l’esprit de la collection.

Prune : On présente les dessins et Vincent Thévenon demande quelle matière on voit pour chacun. Quelquefois ça ne marche pas. Pour des portraits d’animaux, ils  passaient bien en imprimé et pas du tout en jacquard. Pour le motif Bambou qui a une connotation années 70, je l’ai utilisé en ombre chinoise, plus moderne et Thévenon a eu l’idée de le traiter en jacquard.

photo Thévenon Totem Inkfabrik TPLF - Décoration - Fabrication du papier peint - Toutpourlesfemmes

TPLF : Comment imaginez-vous les motifs sur textiles ou papiers peints?

Magali : Souvent on part d’un dessin en noir et blanc puis on ajoute la coloration. C’est elle qui définit si le dessin va être bon.

Elisa : Un dessin est bon si on peut le décliner dans toutes les couleurs, sinon quelque chose ne va pas.  Il y a une mauvaise interprétation de couleurs ou ce n’est pas tendance.  

Magali : Je vais travailler sur des thèmes qui ont des résonnances entre eux. J’imagine l’univers d’une collection dans sa globalité. Je raconte une histoire. Je vois si tel motif comme la fleur style toile de Jouy peut être marié avec un autre plus dynamique ou s’accorder avec dans un sous thème. Pour les papiers peints, je cherche ce qui peut accompagner un motif très chargé. On cherche une composition, un dialogue, ce qui va être harmonie.

Elisa : je pars d’un thème conceptuel, comme cette année de Memphis et le design des années 50 et je crée une série géométrique, une série d’ornementaux, une série végétale.  Si je dessine une fleur, j’ai envie de travailler autre chose, un micro motif qui ira avec. Je trouve mes inspirations dans les matières, l’environnement, une expo, …, même une vieille série télé comme les Hercule Poirot. On est comme des éponges. On observe beaucoup. Le regard est toujours en alerte. Parfois on garde  juste une empreinte et puis la main interprète.

Photo Thévenon Idole Inkfabrik TPLF - Décoration - Fabrication du papier peint - Toutpourlesfemmes

Prune : J’ai besoin de me nourrir de choses comme un immeuble dans la rue… être curieuse. Je commence un thème qui me tient à cœur. Je montre mes dessins et il y en a toujours un qui va e retrouver dans la collection. En ce moment je dessine des oiseaux. Pour la collection Bambou, axée autour d’un Japon fantasmé, je suis allée au Japon où je voulais retrouver le Japon de mes rêves. J’y ai vu quelque chose de nostalgique, que j’ai traduit par la toile de Jouy qui garde un côté désuet tout en le modernisant. Je suis partie de croquis fait à Kyoto en recomposant et en colorant. Je passe toujours par le dessin à l’encre de chine puis je peins à l’aquarelle. Pour les arbres, je les ai traités en ombre chinoise. Une image m’obsédait : quand au crépuscule entre chien et loup, l’arbre se découpe en silhouette, un peu comme dans un tableau du 19e siècle, des voyages en Italie. Je suis allée à Rome pour travailler dessus. Ca s’est noyé dans le Japon !

Magali : L’inspiration ne se tarit pas. On est toujours connecté avec notre travail. Je rêve souvent d’un motif.

Elisa : On baigne dedans!

Vous savez quoi ? Chez Magali et Elisa, on ne trouve que des couleurs naturelles ou de l’uni pour laisser se reposer leur esprit et ne pas venir perturber leur inspiration. Et si Prune jusque là était est fidèle à son amour des meubles et objets 19e, elle a décidé de tout bazarder à la grande joie de ses enfants !  Vous retrouverez les créations de Prune pour Noël chez Fragonard et celles de Inkfabrik chez... chut ... mais tout près de chez vous. Merci à nos designers pour leur disponibilité.

Photo Fragonard Prune Cirelli TPLF - Décoration - Fabrication du papier peint - Toutpourlesfemmes

 signature_veronique_guichard

A voir aussi

Tags

Ajouter un commentaire