Post-accouchement : zoom sur la diastase des grands droits

Pendant et après l’accouchement, près de la moitié des femmes seraient atteinte de diastase des grands droits. Pourtant, ce trouble reste très largement méconnu et peu diagnostiqué par le personnel médical. En réaction, les hashtags #Diastasisrecti ou #diastasis ont fait leur apparition sur les réseaux sociaux. Qu’est-ce que cette affection ignorée ? Quels en sont les symptômes et les traitements ? Levons le voile sur ces interrogations.

 

Qu’est-ce que la diastase des grands droits ?

La diastase des grands droits, ou diastasis abdominal, désigne la séparation en les deux côtés des muscles de l’abdomen appelés les grands droits. En cours de grossesse, l’utérus agit sur les abdominaux. Ceux-ci s’étirent, et dans le cas les plus extrêmes se séparent, afin de laisser de l’espace au bébé. Après l’accouchement, il arrive que les grands droits ne reprennent pas leur forme initiale. Nous sommes alors devant un cas de diastasis abdominal.

Devant les plaintes de jeunes mamans concernant des maux de ventre, des vomissements ou des troubles urinaires, les professionnels médicaux prescrivent un remède contre le ballonnement ou un traitement anti-douleur. La pathologie est en effet assez peu prise en compte, malgré des symptômes évocateurs.

 

Symptômes et diagnostic

La diastase est une affection pouvant se révéler très gênante. L’étirement trop important des muscles abdominaux peut entraîner les symptômes suivants : mal de dos, constipation, ballonnements et autres maux de ventre, fuites urinaires, prolapsus génital ou encore hernie ombilicale. Un ventre conique peut également être observé en cas de diastasis.

Dans la plupart des cas, la diastase des grands droits n’est pas grave, les muscles se remettant petit à petit en place d’eux-mêmes. Il ne faut cependant pas minimiser l’impact de ce problème esthétique sur la jeune maman. Or, ce sont souvent les femmes elles-mêmes qui aboutissent à un autodiagnostic. Pour ce faire, il est possible de réaliser un test en se couchant sur le dos, en relevant la tête et en exerçant une pression au-dessus du nombril à l’aide de deux doigts. Si vous constatez un creux, il est possible que vous souffriez de diastase des grands droits.

 

Comment se soigner ?

S’il n’y a pas de complications sérieuses, il n’est pas nécessaire d’avoir recours à un traitement médical. La physiothérapie et la réalisation d’exercices physiques spécifiques peuvent cependant permettre d’améliorer la motricité et de renforcer les muscles abdominaux et pelviens. Une bonne hygiène de vie, une posture adéquate et une alimentation équilibrée sont également des facteurs de récupération. En cas de trop grande gêne au niveau esthétique,  la chirurgie esthétique par abdominoplastie peut également se révéler efficace. Cette intervention est prise en charge par la Sécurité sociale en cas de grands droits trop étirés.

Vous savez tout, désormais, sur cette affection peu connue. Pour limiter les risques de sa survenue, il est généralement conseillé de manger sainement et de pratiquer une activité physique régulière.

 

La rédaction

A voir aussi

Tags

Ajouter un commentaire