Leçon de Politesse N°10: Bien Saluer

Pour commencer 2017 sur de bonnes bases, notre expert en savoir-vivre revient sur les règles à respecter pour saluer en bonne forme !

Les règles de la salutation

Si quasi tout le monde salue chaque jour, peu, par contre, connaissent les règles de cet art - car cela en devient un - et la plupart fonctionnent par automatisme.

En effet, il y a en quelque sorte une grammaire du salut qu'il est préférable de connaître dans certaines circonstances.

Je le répète souvent ; connaître c'est éviter les impairs et, dans beaucoup d'autres cas, être à l'aise lorsqu'il vaut mieux exercer son bon sens afin de communiquer humainement dans un monde qui évolue sans cesse.

salutations

Il y a d'abord les priorités ; un homme salue une femme en premier. Une seconde règle donne la priorité à l'âge, puis une troisième, qui supplante la précédente, à la hiérarchie. Seule la personne saluée donne la main ou non. C'est l'usage chez nous en occident, mais se serrer la main n'est pas non plus une obligation, même si c'est fortement ancré dans les mœurs.

C'est relativement mécanique et simple, mais en réalité souvent différent dans l'application. C'était réaliste dans une société plus stricte, celle que nous avons quittée petit à petit à partir des années cinquante.

Cela le reste, en principe, lors de circonstances formelles et officielles, mais là aussi on peut être fréquemment surpris de la non-connaissance de ces codes au sein de nos classes dirigeantes et ex-dirigeantes, par exemple. Dès lors, que faire, me direz-vous... Je vous réponds une fois encore d'observer, d'analyser et de réagir avec mesure pour une bonne communication...

Saviez-vous que le fait de donner sa main droite pour saluer vient d'une époque à laquelle les hommes, par ce geste, garantissaient un moment de « paix » en s'empêchant de saisir leur épée fourrée du côté gauche ? C'est ce qu'on appelait également « montrer patte blanche », sans arme à la main. Nous accomplissons toujours le même geste alors que son sens originel n'est plus.

Je vous conseille, tout de même, si vous serrez une main, de le faire bien et non à moitié. En effet, une poignée de mains (droites évidemment) doit être ferme, juste et jusqu'à la garde (entendez par là jusqu'aux pouces). Refusez de souscrire à un doigt ou deux tendus vers vous, comme si tout le reste était collé à la paume. Si vous deviez vivre cette triste expérience, détournez ce geste indélicat avec humour éventuellement, en évitant de traiter votre « adversaire » de « pignouf ».

Après ces quelques considérations dans les grandes lignes, il y a également ce qu'on dit ; bonjour Madame, bonjour Mademoiselle ou bonjour Monsieur.

Je n'ignore pas que la France a légiféré sur le terme de « mademoiselle » en 2012. Il fait cependant toujours partie de la langue française et beaucoup de jeunes femmes y sont attachées. Dès lors, il s'agit à nouveau de bon sens quant à son utilisation.

Aujourd'hui, on peut accepter également « bonjour », tout simplement. C'est plus détendu, en accord avec de plus en plus de circonstances, mais pas toutes pour autant. « Bonjour » ne signifie plus « bonne journée » évidemment, c'est utilisé au second degré. « Bonjour » veut dire « je vous salue ».

On entend souvent « bonjour Monsieur (ou Madame) Archambault ». Figurez-vous que la politesse n'aime pas cela, que pour saluer son supérieur hiérarchique éventuellement. Il me semble évident que cette règle commence à perdre de son essence et à prendre la poussière... Cette forme est aujourd'hui une manière de reconnaître l'autre, de le conforter en lui donnant de l'importance et éventuellement de le fidéliser, ce que fait le personnel des grands hôtels et des enseignes du luxe, par exemple. On appelle cela aussi « la courtoisie commerciale », mais finalement assez intelligente.

Il y a, ne vous découragez pas, encore tous les appels, différents en fonction des cultures et des langues. Vous pouvez et devez dire « Monsieur le Président » pour saluer le président de la République. Il y en a beaucoup d'autres, subtils et moins subtils, admis par les uns et non par les autres, ceux qui nous viennent d'un autre temps, que les protocoles ont oublié de modifier et qui nous plongent dans des mondes perdus et surtout, Mesdames, tous ceux qui restent masculins, qu'on ne veut pas féminiser, comme si vous ne travailliez pas et attendiez toujours votre mari à la maison...

Rassurez-vous, je prépare un ouvrage qui va plutôt dans votre sens à ce niveau-là, dans lequel je propose des solutions adaptées aux nouvelles réalités... C'est pour bientôt ! Ce n'est pas fini... Il reste le plus important ; votre attitude.

Saluer réclame, dans la mesure du possible, de faire face à son interlocuteur, d'avoir un visage ouvert et surtout de le regarder, sans le dévisager pour autant.

Il est important dans notre culture de croiser le regard. L'information physique la plus dense est échangée par nos yeux. Pensez-y... Là également c'est une question de mesure... Il y a encore une autre manière de saluer, une manière qu'aucun ouvrage traitant du savoir-vivre n'envisage ; le salut par le regard, le visage ouvert, avec un léger geste éventuel de la tête et sans voix... Ce n'est pas adapté à toutes les circonstances évidemment, mais sincère et spirituel, il peut faire partie des beaux moments que nous offre la vie...

Philippe LICHTFUS
Fondateur et Dirigeant de la Savemius Academy

Pour en savoir plus sur la Savemius Academy : www.savemius.com

A voir aussi

Tags

Ajouter un commentaire