Pourquoi les bijoux sont-ils si chers?

Réaliser un bijou, de sa conception à sa mise en vitrine, exige de la patience et des centaines d’heures de travail. Un travail de fourmi invisible dont chaque étape est un investissement pour le joaillier.

bracelet chanel

 Chanel Joaillerie bracelet Bubbles, coll. Café Society. Souplesse et ajustement parfait des motifs.

Des semaines pour la mise au point du modèle

La conception d’un bijou n’est pas simple. Combien d’allers-retours et d’essais sont nécessaires jusqu’à l’obtention du bijou final ? C’est un peu comme la préparation d’un patron pour une robe de haute-couture dont les plissés et les drapés doivent tomber parfaitement. Un travail d’autant plus difficile qu’il s’agit là de pierres et de métaux, très difficiles à travailler. Un collier va demander des heures de maillage pour obtenir la souplesse et la légèreté de l’étoffe. Un bijou transformable devra dissimuler les systèmes de clip et de fermoir. Autant d’heures de travail qui ne se comptent plus.

collier van cleef & arpels

Van Cleef & Arpels collier Trèfles Mystérieux. Chaque émeraude a une taille différente, elles sont glissées sur des rails d'or qui rendent le serti invisible.

Le long travail de recherche des pierres

Autre difficulté spécifique, les pierres. Une fois la maquette finalisée, les pierres doivent s’y ajuster. Commence alors un long, parfois très long travail de recherche des gemmes et d’appairage. L’appairage consiste à trouver un lot homogène de pierres (couleur, densité, pureté). Ce travail peut prendre 6 mois… ou 3 ans. Les recherches de pierres, qui ont mis des millions d’années à se constituer, sont d’autant plus aléatoires que les mines et les filons se vident avec le temps.

Trouver de belles émeraudes de qualité colombienne ou des rubis sang-de-pigeon – la plus belle qualité – est aujourd’hui une gageure. C’est le travail à plein temps des acheteurs de pierre des grandes Maisons, qui sillonnent le monde. Parfois, la recherche est vaine. Il faudra alors renoncer, et abandonner l’idée du bijou ou la transformer.

Quant aux diamants de couleur, ils sont si rares et si prisés que leurs prix sont devenus inaccessibles. Il suffit de voir les enchères, très médiatisées, où le prix au carat peut dépasser le million de dollars ! En revanche, l’exploitation de nouvelles mines d’Afrique ont permis de découvrir des pierres fines (anciennement appelées semi-précieuses) d’une beauté étonnante, apportant aux bijoux un nouveau souffle de créativité. La joaillerie est sans doute le seul domaine du luxe où c’est la terre qui décide et non le créateur.

boucles d'oreille dior joaillerie

Dior Joaillerie BO Ailée Diamant, coll. Archi Dior. Le rendu  difficile du drapé et du plissé, et le dégradé des saphirs de couleur.

La personnalité du bijou

Une fois les pierres trouvées, il faut observer les pierres et entamer le long travail de taille, de sertissage, de ciselure, de polissage, parfois d’émaillage. Le choix de la taille, brillant, poire, émeraude, princesse, trapèze, cabochon,… dépendra du dessin du bijou et de la meilleure façon de mettre en valeur la pierre avec ses qualités et ses défauts. Encore une fois, le tailleur doit être attentif à ce que lui donne la nature, les pierres ont leur personnalité, elles ne sont pas toutes parfaites, mais la façon dont elles seront taillées et serties fera toute la différence.

Piaget collier Extremely Piaget. Ciselure  entièrement à la main.

Les Métiers d’Art

La créativité, le travail des formes et l’interprétation des mouvements donnés par l’artiste, les dégradés de taille et de couleur, le rendu des volutes ou les pampilles mobiles sont autant de difficultés à surmonter pour chaque pièce, pour lesquelles les artisans ne comptent plus les heures. Au final, un bijou entièrement réalisé à la main, ajusté au dixième de millimètre et qui a la légèreté d’un nuage. Pour ce travail de virtuose, les joailliers font appels à des métiers d’artisanat rares, rebaptisés Métiers d’Art.

Si les grandes Maisons ont depuis longtemps leurs propres artisans, elles font aussi appel à de petits ateliers indépendants. Fragiles et menacés par les cycles économiques, ces derniers sont de plus en plus rachetés par les groupes ou les Maisons de luxe qui les prennent sous leur aile protectrice et se garantissent un savoir-faire maison.

Détail de la ciselure collier Extremely Piaget

Les grands joailliers perdurent parce qu’ils savent, avec patience et exigence, maintenir l’aura qui entoure leur univers et leur image. Leur réputation légendaire tient à la qualité et à la créativité de leurs bijoux, à leur finition parfaite, à la beauté et à la rareté des pierres. Leurs bijoux ont un véritable charisme, mais ce rêve a un prix que nous acceptons parce que nous n’achetons pas un bijou, mais un univers et un petit objet d’art qui viendra enrichir le Panthéon de nos rêves.

 

Par Isabelle HOSSENLOPP

Portrait de Isabelle Hossenlopp

A voir aussi

Tags

Ajouter un commentaire