Les matériaux qui ont transformé l’horlogerie et la joaillerie (1/2)

Matériaux futuristes, métaux nouveaux, matières d’origine végétale, animale ou minérale inattendues, tout est prétexte à nous surprendre et à nous séduire dans un monde de rêve où les montres ne servent pas seulement à donner l’heure et les bijoux à nous rendre plus belles.

Les bijoux n’ont pas toujours été d’or et d’argent, et ils n’ont pas toujours brillé. Depuis que l’Homme existe, il se pare de bijoux pour des cérémonies, pour afficher son appartenance à un clan ou sa place dans la hiérarchie, pour faire une offrande et, bien plus tard, pour le simple plaisir de porter quelque chose de beau. Tous les matériaux qu’offraient la terre, pierres, ossements, coraux, coquillages, graines, argile, métaux, … se sont transformés en objets décoratifs portés dans les cheveux, sur la peau, sur les vêtements ou déposés sur des statues.

Faisons un grand pas en avant. Au XX° siècle, on se souvient des insolites et inattendus diadèmes en acier et diamants de Cartier, ou de Boivin, Van Cleef & Arpels et bien d’autres qui réalisèrent des bijoux en bois, ce qui est toujours le cas aujourd’hui d’ailleurs pour beaucoup. Le bois confère au bijou une touche chaleureuse et met particulièrement en valeur l’or jaune, l’or rose et les pierres aux tons jaunes, verts ou rosés.

van_cleef_and_arpels_bracelet

Van Cleef & Arpels Bracelet or et bois Croire à la Chance

Mais d’autres surprises nous attendaient ! En particulier l’utilisation du titane, matériau particulièrement résistant et léger qui permet de faire des boîtiers de montre aériens et des mouvements mécaniques dont le frottement des pièces entre elles n’altère plus le métal. Le titane est aussi utilisé en haute-joaillerie, où les bijoux d’habitude lourds pèsent maintenant poids plume. C’est un savoir-faire encore peu partagé, le titane étant très dur et difficile à travailler.

Wallace Chan broche titane et diamants Gleams of Waves

Autre nouveauté, le tungstène, adopté par Breitling pour donner à ses montres une touche futuriste. Dans le nouveau modèle ci-dessous, la lunette est en carbure de tungstène, un matériau composite high-tech ultra resistant. Fabriqué à base de poudre de tungstène, moulée à haute température et à très haute pression, il présente une dureté incomparable, presque cinq fois supérieure à celle de l’acier et une surface inrayable, à l’épreuve des chocs et du temps.                     

Breitling  Galactic 36 Sleek T acier et carbure de tungstène

Le palladium serait-il le prochain platine ? L’or, l’argent et le platine ayant atteint des prix astronomiques, il faut trouver de nouveaux métaux précieux plus stables, en tout cas dont les prix seront plus prévisibles. Et il semblerait que le palladium, soit en passe de le devenir, en particulier avec les alliances masculines. Le palladium se trouve dans les mines de platine, ce qui lui confère un joli titre de noblesse ! C’est un alliage pratiquement pur, il n’est pas mélangé ou très peu et garantit de ce fait une couleur qui ne bouge pas. Au fait, quelle est sa couleur ? Un joli gris fusil un peu mat. C’est un peu masculin, il faut aimer la sobriété. D’où son utilisation pour le moment surtout dans les alliances et bijoux pour hommes.

Côté métaux toujours, certaines marques déposent un brevet pour leur propre or, dont elles modifient les métaux d'alliage pour obtenir des couleurs plus personnalisées. Ainsi, à l'occasion de son 175ème anniversaire, Tiffany a concocté son or rouge, le Rubedo, qui n’appartient qu’à elle. Rolex a développé un or rose, dans une teinte champagne spécifique et de très longue tenue et Chanel un or beige (la montre BOY.FRIEND par exemple) tout à fait dans la lignée de son ADN, le beige faisant partie des couleurs patrimoniales de la Maison de couture.

Chanel Horlogerie montre BOY.FRIEND or beige

Et pour finir, que penser de l’or 9 carats ? Surnommé « l’or du pauvre », ce nouvel or est aux antipodes des « vrais » métaux précieux. Il contient peu d’or (37,5%) donc il est plus cassant et sa couleur peut blanchir. Nombre de joailliers se sont trouvés dépourvus devant des clients furieux rapportant une chaîne ou un bijou pâli ou cassé. Ils ne pouvaient le réparer… Prudence donc avec le 9 carat (aussi appelé or 375). En tout cas à la rédaction, pour avoir étudié le sujet de près et interrogé des professionnels, on n’est pas fans… mais nous devons admettre qu’il a envahi les vitrines avec ses petits prix. Les fabricants avouent de leur côté être toutes voiles dehors pour résoudre ce problème dont ils sont bien conscients.  

Par Isabelle HOSSENLOPP

Portrait de Isabelle Hossenlopp

A voir aussi

Tags

Ajouter un commentaire